AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 Hinamizawa, le village maudit... [PV.: Rena Ryûgu]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Invité


MessageSujet: Re: Hinamizawa, le village maudit... [PV.: Rena Ryûgu]   Mar 29 Mai - 18:02
Mon regard était figé sur place, j'avais la certitude, j'étais même sûre, entièrement sûre, Keiichi avait compris. Il venait de comprendre, que Satoko n'était pas l'une de ses victimes, mais avait bien un lien avec quelqu'un de ses meurtres... Il avait compris que je n'étais pas seulement la bonne et gentille Rena Ryûgu. Il venait de tout comprendre. Il voulait être curieux, il a eu sa vérité, puis il va mourir. Un jour, la déesse Yashiro le tuera. Et lui, il ne s'en rendra peut-être même pas compte.

Il était figé, Keiichi ne bougeait plus, il était traumatisé peut-être ? Je ne sais pas, je ne saurais jamais. Je préfère ne pas le savoir. Eh oui, Keiichi, je ne suis pas la petite fille toute adorable, je suis très profonde au fond, le savais-tu ? Eh bien, j'espère que Satoko ne m'en voudrait pas trop. Sa n'aura jamais été un de ses terribles cauchemars, on ne pouvait que trembler à cette histoire... Le sang qui giclera... La hache qui tombera... Les meurtres qui seront la... Hinamizawa n'avait rien de bien normal, tout le monde le savais, tout les habitants le savais.


« Sache-le, Hinamizawa est un village bien uni. On se connait tous très bien. »

Un affreux sourire se dessinait sur mon visage, un visage tremblant, toujours doux, mais ce sourire sadique venait le gâcher, j'avais une expression normale, mais le sourire n'allait pas. Non, on ne pouvait rêver. La déesse Yashiro existe, elle m'a hantée, elle m'aura tuée un jour. Et la, je ne suis pas dans le plus normal de mes états. Tu n'auras plus un tel plaisir à penser à Hinamizawa, plus jamais. Tu seras paniqué, à tout jamais. Tu seras toujours traumatisé de cet histoire, n'est-ce pas ? Enfin, tu ne peux entendre mes pensées, mais Satoshi les entend je suppose... Sans doute est-il mort... Mais rien ne l'affirme... Il est... "disparu"... Tu ne prendras plus la joie de me voir tout les matins, plus la joie du jeu du meurtre auquel tu aimais jouer avec le club, tu seras complètement détruit par cet histoire, Maebara Keiichi. Je laissais mon sourire disparaître, puis je pensais enfin à une bonne chose: la statue. Je la déposais lentement au sol.

Peut-être que tu ne te moquais pas de Satoshi, non, tu voulais cacher la pure véritée. Tu n'es un... un humain... Cette apparence neutre venait d'être terrifiée, par Hinamizawa, par moi, par Satoko, bientôt par Mii-chan et Rika-chan peut-être. Non, tu viens de le découvrir, tu n'es pas dans le plus normal des villages, il est sûrement "pommé" pour cette raison, le savais-tu, Keiichi Maebara ?

Puis, tu as pris ma hache, et tu t'es avancé vers moi. Tu ne vas pas me tuer... Non, tu m'as juste caressé les cheveux , tu as lâché la hache et tu m'as posée une question. Et bien, je vais te le dire.


« Ne sois pas méchant, Keiichi Maebara, je ne fais que te prévenir... »

Je soufflais un coup, un léger air de suspens mais pour moi, une pause respiration m'était accordée, puis je continuais:

« Te prévenir que la cérémonie de la purification du coton arrive bientôt et... »

Je levais les yeux vers Keiichi.

« Je ne fais que le dire, mais peut-être seras-tu la prochaine victime ? Je ne fais que te prévenir, Keiichi-kun. »

Je me relevais, lentement, puis observa le visage du dit, le dit, le très bien dit, Maebara Keiichi...
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse
avatar
Čσмвιєи ∂є мєѕѕαgєѕ? : 3648
Čσмвιєи ∂'αииєєѕ αѕ-тυ νє¢υ? : 18
Ỗυ єѕ-тυ α¢тυєℓℓємєит? : A Réveil

MessageSujet: Et donc...   Mar 29 Mai - 18:04
Je le savais... Je savais que Rena précisera que je ferais partie du tas...

Ce sourire qui ne s'accordait pas du tout à la force de son caractère... Ces mots... La manière dont elle les prononce...

Cependant... Non... Je n'était pas comme ce que tous les autres garçons de mon âge feraient dans ce genre de situation: bloqués, traumatisés, figés, surpris, les yeux grand ouverts, voulant échapper à cette réalité... Non, je n'étais pas comme ça... Je restais sérieux... Je devais rester sérieux... Ne pas se laisser perturber par le flots de sentiments négatifs arrivants...

Rena voulait me prévenir... Me prévenir que, peut être cette année, je ferais partie de la liste des victimes... Me prévenir? Me prévenir de quoi? Ahaha... Elle voulait me dire que je serais peut être mort le soir de la cérémonie? Elle voulait prédire la date de ma mort? Comment croire à toutes ces conneries? Rena... Qu'est-elle devenue? Moi? Une prochaine victime? Pourquoi? BORDEL!

Je restais silencieux... Silencieux comme tout... La tête baissée... Mais... Sérieux... Je ne pouvais plus croire ... Je ne pouvais plus croire en ce que disait Rena... Mais ce qu'elle essayait de me dire était peut être les seuls indices que je pouvais recevoir? Je voulais l'entendre continuer... Je me tus... Puis je voulais bien écouter à nouveau ses mensonges...

Comment de telles choses peuvent-elles sortir de la bouche de Rena? Comment?

Mais Rena... Rena Ryûgu... Comment est-ce que j'aieu le droit de la trahir? Non... Rena... Etait une de mes plus précieuses amies... Je ne pouvais croire qu'elle était en train de deviner la date de ma mort, en me l'annonçant de la sorte, de but en blanc...

Je ne pouvais plus continuer à écouter... Même si Rena était la seule personne capable de me rapporter des détails si précieux pour comprendre Hinamizawa... Mais si je partais maintenant, elle voudrais sûrement m'en empêcher...

Ne pouvant plus supporter tout ce rafus... J'ai couru vers la porte d'entrée, me chaussant en vitesse, sous les yeux étonés de la Rena " normale "... Normale ou pas, je ne pouvais rester ici... Il fallait que je parte... Que j'aille voir quelqu'un d'autre... Qui saura me renseigner... Mais avant tout, il fallait que je quitte cet endroit!

J'ai poussé la porte d'entrée... Elle s'est ouverte... Rena avait cependant compris que je voulais partir... Elle s'est levée, voulant me rattraper... Et...

J'ai couru... Je suis sorti de la maison... Ce n'était pas que j'avais peur... Mais je ne pouvais plus entendre ce que Rena me disait... Ces mensonges... Ces conneries..

Je suis arrivé chez moi... Ouvert la porte, puis la refermant à double tours, je me suis précipité dans ma chambre pour mettre un peu d'ordre à tout ça... Je me suis jetté sur mon lit, puis...

J'ai réfléchi... Réfléchi à tout ce que j'avais vécu... Réfléchi, encore et encore... Qu'allais-je faire Lundi? Aller à l'école comme si de rien n'était? Il n'y a pas que Rena à l'école! Mion et les autres ne sont pas mêlées à cette histoire! Je voulais trouver refuge auprès d'eux... C'est alors que, mes yeux se fermèrent... Je m'endormis...

------------------------------------------------------[Hinamizawa, le village maudit...]------------------------------------------------------

A mon réveil, il était déjà vingts-deux heures... Alors... J'avais dormi pendant tout ce temps? Mais j'étais calme... Très calmes... Et je voulais me décider à passer à l'action... Je voulais savoir... Tout... Tout savoir.

Je me suis levé... Je suis partis vers la fenêtre, et j'ai ouvert les rideaux... Le soleil était couché, il se faisait tard... Et là...

Mes yeux se sont figés... Sur un endroit en particulier... Juste devant la porte d'entrée, il y avait quelqu'un... Et ce quelqu'un... C'était Rena...
Invité


MessageSujet: Re: Hinamizawa, le village maudit... [PV.: Rena Ryûgu]   Mar 29 Mai - 18:05
Je le voyais partir en courant, comme paniqué, de la maison. Il était vraiment inquiet ou perturbé... Je voulais le rattraper, mais il fut déjà parti... Je lâchais un léger soupir, puis je pensais, je ne disais peut-être pas faux... Je laissais une très légère larme couler, à vrai dire, je n'avais pas envie qu'il meurt. Et c'est ainsi que je me leva, enfila ma paire de chaussures et parta vers la maison de Keiichi, pour m'excuser, en fermant la porte, doucement.


- La malédiction de la Purification du Coton... Est-elle vraie ? -



J'étais devant la porte de la maison de Keiichi Maebara depuis plusieurs heures. J'attendais, j'attendais, j'attendais encore. Bien qu'il y eut de nombreux coups de vents, je restais la à trembler, peinarde, doucement, ne disant rien, attendant sûrement que les mots des parfaites excuses me viennent à l'esprit... Je regardais le sol, un léger coup de vent passa, j'appuyais donc une nouvelle fois sur ma jupe pour l'empêcher de s'envoler. Je disais bonjour à tout les passants qui passaient. Je levais la tête vers la chambre de Keiichi, tremblant sous le froid, puis regardait la porte d'entrée sans rien dire... Attendant qu'un bon ange vienne m'ouvrir la porte, l'ange qui deviendra peut-être bientôt vraiment cette chose la, au Paradis peut-être...
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse
avatar
Čσмвιєи ∂є мєѕѕαgєѕ? : 3648
Čσмвιєи ∂'αииєєѕ αѕ-тυ νє¢υ? : 18
Ỗυ єѕ-тυ α¢тυєℓℓємєит? : A Réveil

MessageSujet: Et puis!   Mar 29 Mai - 18:06
Après un long sommeil, toutes mes peurs s'étaient effacées comme par magie... Bon aller, et si je faisais comme si de rien n'était? Après tout, Rena était là, à m'attendre, dans le froid, je ne pouvais pas la laisser comme ça!

Les apparences étaient trompeuses... L'été, une saison magnifiquement radieuse, l'été, tous ces mots revenèrent à vos esprits, le calme, la plage, la piscine, la chaleur... Mais l'après-midi d'été n'était pas aussi aggréable que ça, le vent soufflait, le soleil se couchait, et, le cri des cigales diminuait peut à peut... Et puis tout à coup, lorsque la nuit tomberait, un vrai calme se serait posé à Hinamizawa...

Je descendis les escaliers, enfila mes baskets puis ouvris la porte, fermée à double tours pour éviter les visiteurs indiscrets...

" Ah... Hum... Rena? "

Je me suis sentis idiot... Être partis comme ça tout à coup, partir en courant de la maison de Rena a dû la surprendre... Mais qu'est-ce que je faisais encore? Je ne pouvais lever la tête... J'étais trop gêné avec ce qui s'était passé auparavent...

Je cherchais désespérément un endroit... Quelque chose où mon regard pouvait s'y poser... Je... Je n'avais pas la force de parler de quoi que ce soit... Mais Rena était là, et il fallait que je parle...

Cependant, celle-ci commença soudainement à s'excuser... S'excuser? De m'avoir dis tout ça? De m'avoir dévoilé la vérité?...

Soudain... Cette voix me revint en mémoire... Cette voix... Que j'entendais souvent dans mes rêves...
" Gomenasai... Gomenasai... "

Il fallait que je la pardonne...

" Ce n'est rien... Et... Désolé si je suis partis comme ça... "

Cette réponse ne sonnait pas du tout avec mon caractère! Et puis... Pourquoi devrais-je m'excuser? Je n'avais rien fais de mal!! C'était Rena qui a commencé à me parler de ces choses, c'était Rena qui a commencé à soupçonner la date de ma mort, c'était Rena qui a affiché d'une manière si étrange un sourire encore plus étrange... C'est Rena qui... Qui m'a parlé de l'affaire du chantier... De la mort du " chef "... De la cérémonie de la purification du coton... De la disparition du frère de Satoko... D'un mort et d'une disparue chaque année, le soir de la fête...

Alors... Pourquoi est-ce que je l'ai excusée? Pourquoi?... Sans doute parce que... Rena était toujours Rena, et cela ne changerai jamais... Oui, oublions tous ces malentendus... Oublions toutes les choses qu'elle m'avais prononcées... Recommençons comme si de rien n'était... C'était sûrement la meilleure solution...
Invité


MessageSujet: Re: Hinamizawa, le village maudit... [PV.: Rena Ryûgu]   Mar 29 Mai - 18:07
Enfin, je pus entendre la porte se dévérouillé et je pus voir Keiichi derrière cette porte. Enfin, il m'adressa une bref parole, bien perdue dans les pensées. Je me sentais idiote d'avoir attendue si longtemps pour peut-être après ne plus avoir à lui adresser la parole. C'était un peu de ma faute, si j'avais respectée la parole des villageois et ne lui avait rien dis, rien de tout sa ne serait arrivé. C'est bien de ma faute. Il était la, tête baissée, mais semblait réfléchir. Moi, j'étais encore la, à trembler, ne pouvant rien y faire. Mais je n'étais pas venue ici pour rien.

« Pardon... Pardon... Pardon... Pardon... »

Ces paroles n'arrêtaient pas de sortir de ma bouche, comme si ces mots la, je ne pouvais les contrôler. Je tremblais encore sous le froid même si la saison de l'été devait normalement porter chaud. Et il m'avait pardonné, comme si de rien n'était. Il fallait qu'il oublie, mais c'était ma faute. Et une nouvelle parole.

« Non... C'est entièrement ma faute... »

Je venais de m'accroupir par terre, ne me contrôlant pas vraiment, juste pour me blottir contre mes genoux en espèrant trouver une source de chaleur la-dedans. Je préfèrais oublier, tout oublier...
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse
avatar
Čσмвιєи ∂є мєѕѕαgєѕ? : 3648
Čσмвιєи ∂'αииєєѕ αѕ-тυ νє¢υ? : 18
Ỗυ єѕ-тυ α¢тυєℓℓємєит? : A Réveil

MessageSujet: Puis alors...   Mar 29 Mai - 18:08
Je l'avais bléssé... J'avais bléssé Rena profondément... Si j'étais resté plus longtemps, ne serait-ce que quelques minutes de plus... En attendant quelle finisse ce qu'elle avait à dire... Si j'étais resté juste un petit peu plus longtemps, ne serait-ce que quelques secondes...

Je sortis de l'hall d'entrée... Rena avait vraiment l'air désolé... Mais qu'ais-je fais? Je me suis accroupis, pour être à la même hauteur que Rena. Je la regardais... Elle pleurait profondément... Elle était en larme, désespérée, désolée... Je la regardais pleurer... Sans pouvoir faire quoi que ce soit... Je ne savais pas comment faire pour la réconforter... Je ne suis qu'un bon à rien... Ses larmes continuaient à descendre le long de son visage, retombaient sur le sol peu à peu. Rena s'essuyait les yeux avec son bras, elle ne voulait pas que je la vis pleurer...

Je me suis sentis vraiment bon à rien... Je mis une main sur la tête de Rena, pour la consoler... Mais Rena pleurait toujours, et toujours...

Je ne pouvais plus la voir pleurer, tout ça était de ma faute! Je ne pouvais pas la voir pleurer, Rena ne pouvait pleurer à cause de moi...

J'ai regardé une dernière fois son visage mouillé par ses larmes... Puis j'ai passé mes mains dans son dos... Son visage est venu se poser sur mes épaules...

Et je l'ai serrée comme pour la réconforter... Comme pour lui dire que tout allais bien maintenant... Je sentais son coeur qui battait, ses larmes coulaient sur mon épaule... Ne puissant voir son visage, j'ai fermé les yeux... Et j'ai attendu que Rena me pardonne... Attendu que Rena me pardonne de mon acte si réprimandable...
Invité


MessageSujet: Re: Hinamizawa, le village maudit... [PV.: Rena Ryûgu]   Mar 29 Mai - 18:09
Je sentais que des larmes avaient envie de sortir, beaucoup, beaucoup de larmes, aussi énorme qu'elle pourrait l'être. J'étais plus que désolé, je ne voulais pas du tout, pas du tout qu'il soupconne Hinamizawa, ou même Onigafuchi, je ne voulais pas qu'il subisse la malédiction de la déesse Yashiro.

J'entendais la porte d'entrée s'ouvrir, comme s'il venait me rejoindre, et c'est ce qu'il fit. Je le sentais, à côté de moi, juste à côté. Je n'ai pas trouvée mieux à faire que de me mettre à pleurer, ne supportant plus la pression que je portais sur mon dos. Je ne souhaitis guère qu'il me voit pleurer, alors je me suis cachée dans mes genoux en essuyant mes larmes avec de stupide coup de bras.

Je sentais une faible main sur ma tête, la main que je connaissais presque par coeur, celle de Keiichi. Voulait-il se faire pardonner ? Enfin, c'était moi qui avait commis l'erreur...

Enfin, je continuais de pleurer, puis j'ai sentis une main dans mon dos, celle de Keiichi, sans doute. Puis il m'a serrée, j'étais perdue. J'étais perdue, complètement perdue.


« Pardonne moi... Pardonne moi !! »

Je continuais de pleurer, muette après ces paroles.
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse
avatar
Čσмвιєи ∂є мєѕѕαgєѕ? : 3648
Čσмвιєи ∂'αииєєѕ αѕ-тυ νє¢υ? : 18
Ỗυ єѕ-тυ α¢тυєℓℓємєит? : A Réveil

MessageSujet: Longtemps ensuite...   Mar 29 Mai - 18:10
Malgré le fait que je ne répondais point à ses paroles, je réfléchissais... A tout ce dont m'avait parlé Rena... Et puis, lorsque j'ai senti que Rena se calmait peu à peu... Je me suis écarté.

Elle avait les joues rouge... Je n'osais pas la regarder dans les yeux... Et puis,je me suis levé... J'ai tendu ma main devant celle de Rena... En espérant qu'elle pouvait se lever... Je n'étais rien d'autre qu'un idiot...

J'ai senti quelque chose tirer mon bras. C'était Rena... Je l'ai aidé à se relevé, ne pouvant toujours pas la regarder en face... Puis, lorsqu'elle fut complètement debout...

" Rena... Je... "

Je cherchais les mots pour lui dire quelque chose de très important... Je pouvais imaginer la couleur de mon visage, tellement je fus embarrassé... Mon regard cherchait désespérément une cible sur le sol...

" Je... "

Soudain, je sentis des doigts se coller sur mon visage... Une voix bien familière résonna alors...

" Devine qui c'est!! "

Ces doigts tiraient tellement forts que je fus tombé en arrière... Ce n'était pas que je n'avais pas de force, mais qu' "elle" a vraiment choisi le mauvais moment pour venir!!

Je suis tombé sur le dos... Les doigts s'étaient enfin dégagés... J'ai ouvert les yeux puis j'ai enfin vu la farceuse... Mion Sonozaki.

Depuis quand était-elle là?! Que faisait-elle là?! Sa maison n'était pas censée être loin d'ici?! Mion éclata de rire en voyant mon visage paniqué. Celle-ci se retourna, regardant Rena. Rena avait presque séché ses larmes. Mais on pouvait distingué un visage ayant beaucoup pleuré...

Mion n'en fit pas attention. Elle tapottait le dos de Rena comme si de rien n'était.

" M'enfin, qu'est-ce que vous faites là vous deux? " dit-elle en éclatant de rire

Quelle question!! Mais c'était chez moi ici!!

" Tu... Tu as tout vu?... "

Hein? Mais de quoi je causais encore?? Y a pas de raison qu'elle ait vu quoi que ce soit! On a rien fait de mal!!

" Voir quoi? Ah... J'ai compris! Vous avez fait quelque chose de " déplacé " et vous craignez que quelqu'un ne vous observe depuis le début hein? "

Mion disait cela comme si elle plaisentait. Mais elle ne répondait pas à la question... Et encore pire...

" Vous êtes mimi tous les deux! Heureusement que je ne peux vous rammener chez moi, comme le ferai Rena! "

Rouges de honte, moi et Rena sommes tus...

" Bah alors? Vous avez perdu votre langue? "

J'ai regardé Rena dans les yeux... Celle-ci faisait de même, puis, grâce à Mion, nous avons réussis à pouffer de rire aussi... Tout ça fut déjà oublié...

" Demain, on est samedi... Je vous rappelle qu'on est de corvée de nettoyage avec Satoko et Rika, vous n'avez pas intérêt à sécher!! "

Ah oui, justement... J'allais oublier ce petit détail. Le lendemain, il fallait absolument se rendre à l'école pour faire les taches ménagères et ranger le placard du club.

" Si on finit à l'avance, on pourra faire une partie de Pouilleux avec Keiichi, pour voir s'il intègre bien le club! Et bien sûr, le perdant aura un gage que devrait lui donner le gagnant! "

Mion disait cela comme si elle était sûre qu'elle allait gagner... C'est ce qu'on allait voir! Et, sur-ce, après avoir longtemps discuté tous les trois, nous sommes rentrés... Il était déjà très tard. Je me demande toujours ce que faisait Mion dans un endroit pareil, j'avais oublié de lui demandé à ce que je vois...

Je pris un paquet de nouilles instantanées que ma mère avait acheté avant de partir, je fis bouillir l'eau chaude, y mis les nouilles puis les ingrédients... Ce qui fut mon repas du soir. Lorsque j'eus fini le tout, je me suis précipité dans ma chambre pour enfin, m'endormir en pensant au projet que j'allais faire le lendemain...

------------------------------------------------------[Hinamizawa, le village maudit...]------------------------------------------------------


/LIIIINGG LIINGG/

Le son du téléphone me réveilla de bonne heure. Il était sept heure, et la corvée de nettoyage commençait à six heure trente... J'étais en retard!!

J'enfilai en vitesse mes vêtements, descendis de ma chambre puis pris le téléphone avec les deux mains... Je n'eu même pas le temps de prononcer l'éternelle " Allô? Ici Maebara " que j'entendis crier au bout du fil...

" Alors Keiichi???? Monsieur se disait venir tôt aujourd'hui??? Dépêches-toi, sinon on te laisse les trois quarts des choses qu'il y a à faire et t'aurais un gage en plus!!! "

C'était Mion... Elle était vraiment en rogne! Et merde, c'était vraiment pas le jour où mon réveil devait tomber en panne!!

" Oui oui, j'arrive tout de suite! "

" T'a intérêt, et grouille!!!!! "

J'enfilai mes chaussures en vitesse, pris mon vélo puis partis à 100 à l'heure... Je roulais vraiment vite lorque j'entendis une voiture clacsonner... C'était une bagnole noire, d'une taille moyenne, s'apprêtant à foncer sur moi comme un fou... Je me suis écarté en vitesse, apparament, celui-ci n'avait eu le temps de freiner... J'allais être écrasé à l'heure qu'il est si je ne l'avais pas évité. Celui-ci roulait à une vitesse prodigieuse, on aurait bien cru que le conducteur n'était pas de Hinamizawa!

Soudain, celle-ci s'arrêta, net. Le chauffeur y descendit... C'était une gente vers les 50aines, un peu grossier, un sourire narquois aux lèvres. Il me salua. Ne le connaissant point, je fis de même pour rester poli.

" Excuse-moi vraiment, je ne t'ai pas fais peut avec ma voiture? "

Sa voix était grave. Je lui répondis que j'allais bien. Puis, il me répondit par un petit sourire.

" Dites-moi, vous êtes nouveau à Hinamizawa n'est-ce pas? "

Il avait deviné juste. Il est plutôt fort pour un type comme lui, je me demandais s'il faisait partit du bureau des enquêtes internationales lui?

" Tout à fait, et vous? "

" Tu dois être le fils des Maebara alors. Enchanté, tu peux m'appeler l'inspecteur Oishi. "

Inspecteur... C'était à mon tour de deviner juste, il faisait bien partie de tout le tralala! Mais qu'est-ce que j'en ai à faire qu'il s'appelle Oishi, moi?

" Je n'habite pas à Hinamizawa mais je viens souvent pour faire mes " petites " enquêtes! " dit-il en souriant.

N'est-ce pas... En disant ça, il devait être sûr à 100% que j'étais au courant sur le sujet qu'il enquêtait... Et puis, j'avais ma petite idée aussi... Mais je préférais ne pas me montrer trop imprudent pour l'instant...

" Des enquêtes à Hinamizawa? Il n'y a pas grand chose à faire ici pour un inspecteur, n'est-ce pas? "

Apparament, il avait compris ce que je voulais lui demander. Quelles enquêtes faisait-il à Hinamizawa?... Peut être qu'il pourrait me filer des informations utiles concernant... Quelque chose?

Mais sa réponse fut digne d'une réponse d'enquêteur...

" Dites... Vous ne voulez pas plutôt aller discuter dans ma voiture? Il fait chaud dehors, et cette chaleur me gênes beaucoup! "

Il disait ça sérieusement? Moi, entrer dans une voiture d'un parfait inconnu pour aller lui demander des questions sur un sujet parfaitement délicat? Je croyais vraiment qu'il me prennais pour un tarré, à ce moment précis... Mais j'étais loin de ça, et j'avais vite compris où est-ce qu'il voulait en venir: Il voulait mener une longue discution avec Maebara, dans sa voiture, pour éviter les regards indiscrets, et pour que l'on soit à l'aise, pour que je ne puisse pas partir quand je voudrais...

Au début, je me suis dis que c'était complètement idiot comme proposition... Mais en y réfléchissant... Cet inspecteur Oishi était peut être la seule personne capable de m'apprendre un peu plus sur Hinamizawa...

" Alors? Vous venez? "

Et en plus, celui-là avait l'air de s'y plaire... Je m'approchai de sa bagnole, en garant mon vélo à sa droite, tirant la porte de la voiture noire...

" Voilà que nous sommes bien confortable maintenant! "

J'avais surtout aussi compris autre chose... En me posant des questions sans intérêts de ce genre, il voulait que j'aborde le sujet en premier... Et j'étais en train de tomber dans le panneau...

" Heu... Sur quoi est-ce que vous enquêtez à Hinamizawa? "

" Sur des choses anormales qui se passent ici tous les ans, pourquoi? "

Il répondait à la vitesse de l'éclair, sans même que je n'eus le temps de réfléchir... Et surtout... En me demandant pourquoi est-ce que je voulais savoir cette information, il voulait creuser plus loin...

" Des choses anormales qui se passent ici tous les ans? Que voulez-vous dire? "

Tout à coup... Le décor n'était plus le même... La climatisation semblait cacher la saveur de l'été, le cri des cigales et le chant des grillons se faisait moins dense une fois entré dans la voiture...
Je commençais à avoir froid à cause de cette climatisation trop élevée... Et... Ce que l'inspecteur Oishi essayait de m'expliquer me glaça les veines...

" Voyons... Vous n'êtes pas encore au courant? Je vois... Alors vous êtes vraiment nouveau! "

Il baissa son regard, reprit son souffle, pous commença, tout comme Rena...

" Tout les ans, le soir de la célèbre cérémonie de la purification du coton, une personne meurt et une autre disparait. "

Rena ne m'avais donc pas mentit... Entendre ça sortit de la bouche d'un autre m'avait persuadé que ces meurtres et ces disparitions existaient bel et bien...

Mais... Un inspecteur n'était pas n'importe qui! Et cet inspecteur, ici présent, avait vite compris que j'étais déjà au courant et que je faisais du bluff... Il faudrait que j'arrête de sous-estimer les adultes à présent...

L'inspecteur continua son discours...

" Certains habitants de Hinamizawa prétendent que cela vient de la déesse Yashiro, la déesse protectrice de Hinamizawa. "

Une déesse protectrice qui tue et fait disparaître chaque année des habitants du village qu'elle doit protéger? C'était bien trop tiré par les cheveux! Et surtout, je ne pouvais pas croire à ces choses surnaturelles!

" D'autres, ne croyant pas à la déesse Yashiro, disent que c'est un coup monté par plusieurs personnes. Mais aucune des deux justifications ne semble correcte. "

Là, c'est un peu plus juste... Mais pourquoi ces gens feront-ils un coup pareil?! Qui sera assez fou pour manigancer un truc pareil?

" Comme vous êtes nouveau, je penses qu'il est mieux de vous expliquer cela. "

L'inspecteur descendit de la voiture puis ouvrit ma porte pour me faire descendre à mon tour. Je descendis de la voiture, puis jettai un coup d'oeil à ma montre... Il était déjà sept heure et demi!

Je ne pouvais penser à rien d'autre que la corvée de nettoyage, malgré que je fus convaincu que cet inspecteur Oishi pouvait me dévoiler beaucoup de choses intéressantes... Je pris mon vélo, salua l'inspecteur puis repartit à la même vitesse qu'auparavant...

Sur la route, je me rendis compte que j'avais oublié un détail très important: Je n'avais ni demandé adresse, ni demandé téléphone à cet inspecteur... Comment vais-je faire pour lui demander des informations maintenant?? Je fonçai alors vers l'école ayant un arrière goût plus qu'amère.

Bien sûr, en arrivant, je me fus sévèrement " grondé " par Mion. Mais pour qui elle se prend celle là?! Elle n'est pas ma mère, je n'avais pas à recevoir de leçon d'elle!

Rena, Rika et Satoko rigolèrent dans leurs coin... Je pensais bien que Satoko avait oublié d'installer ses pièges lorsque, en rentrant, je glissai sur l'effaceur du tableau, situé par terre juste sous mon pied, pour me retrouver sous la table de Rika, l'effaceur sur la tête. Le seau qui aurait servit à nettoyer le sol se renversa sur ma tête... Rena se précipita vers moi pendant que Mion et Satoko pouffaient de rire.

Et puis, après toute cette agitation, nous commençâmes enfin la corvée... Mes pensées furent projectés dans un lointain sujet, concernant Hinamizawa, pendant que Rena me regardais bizarrement, comme si elle était au courant de ma rencontre avec Oishi...
Invité


MessageSujet: Re: Hinamizawa, le village maudit... [PV.: Rena Ryûgu]   Mar 29 Mai - 18:13
Je pensais encore et encore au "changement d'école" de Satoshi. Ce n'était pas banal car Satoko semblait en souffrir silencieusement. Prenait-elle Keiichi comme son frère ? Aucune idée... En tout cas la pauvre vie de Satoshi semblait envahir mon esprit et je ne pouvais penser à rien d'autre. Je sentais tout juste Keiichi s'éloigner de moi, comme si je venais de me calmer, quoi que...

Je devais sûrement avoir les joues complètement rouges et les yeux aussi à cause des pleurs. J'ai sentie une faible chaleur près de moi, une main, quelque chose dans le genre je suppose. J'ai levé légèrement les yeux, j'avais raison. Une main, celle de Keiichi.

J'ai légèrement souris, puis j'ai doucement attrapée sa main, tirer dessus pour m'appuyer un peu dessus, puis je me suis relevée. Après quelques instants, il prit la parole, comme pour me dire quelque chose d'important. J'ai laissé échapper un faible sourire, puis alors qu'il allait me dire quelque chose, j'entendis une voix qui m'était bien connue, voir presque familière. Mii-chan, sans aucun doute.

Keiichi avait basculé en arrière, puis j'ai bel et bien reconnue la voix de Mii-chan. Je me demande bien ce qu'elle faisait ici, elle avait l'air bien joyeuse par apport aux événements que j'ai passée avec Keiichi-kun. Enfin, elle me tapota le dos, et je laissais enchainer ses paroles. Bien sûr, mon expression trahissait fortement mes sentiments. Enfin, j'ai levée la tête vers Keiichi, puis j'ai pouffée de rire. Elle parla des corvées de ménages, je répondis à voix basse:


« Je n'ai pas oubliée... »

J'ai légèrement ris aux paroles qu'elle a prononcer après, puis j'ai levée la tête. On avait parcouru une longue, très longue discussion. Puis enfin, je dis:

« Je dois y aller. A demain. »

J'hochais légèrement la tête puis je rentrais chez moi. Je pensais aux enquêtes qu'ils vont sûrement bientôt réouvrir pour le fait du meurtre, la soirée de la purification du coton. Je laissais échapper un large soupir, puis une fois rentrée, je dis:

« Je suis rentrée... »

Je lâchais un soupir une nouvelle fois, puis m'en allait préparer le repas. Un bon repas, comme on me l'a toujours dit, avec plusieurs accompagnements, que j'ai dégustée avec ma mère, un repas sans aucune paroles d'échangées. Une fois fini, je partais faire la vaisselle puis entra dans ma chambre sans rien dire, pour régler mon réveil et m'endormir sans ne plus penser à rien.


- Pas d'uniformes ? -



Je m'étais réveillée très, très tôt, vers les cinq heures du matin environ. Je pris le temps de me lever, puis ouvrait mon armoire pour piocher l'un de mes uniformes habituels, enfin je m'étirais puis partais pour la salle de bain de ma maison. Je pris une douche rapide et enfila pour uniforme, puis me coiffa les cheveux pour descendre prendre un petit déjeuner. J'attrapais juste une tranche de pain que j'avais fais grillée et un verre de jus de fruit que je bus d'une gorgée. J'enfilais ensuite ma paire de chaussures pour enfin sortir de la maison sans rien dire. Je marchais, non pas dans la rue habituelle, mais vers la maison de Keiichi. Je baissais la tête en même temps, on pouvait entendre les cigales, toujours et encore les cigales. Et si Keiichi prenait aussi cette batte en fer ?

« Batte de base-ball en fer... »

Je relevais la tête pour poursuivre ma route, puis une fois arrivée devant la maison de Keiichi: On dirait qu'il n'était pas réveillé. Je lâchais un léger sourire, puis ferma les yeux, puis les réouvris d'un air suspicieux:

« Quelque chose va se passer aujourd'hui... »

Je fronçais les sourcils, puis repartie enfin vers l'école en pensant à ces histoires de meurtres. Peut-être avais-je juste peur ? Avoir peur pour Keiichi... Je suis sensible, ce n'est pas inconnu. Il me semble aussi que Mii-chan m'avait parlée d'une affaire en rapport avec les meurtres d'Hinamizawa... Plutôt Onigafuchi... Je devrais retourner vers ce marais, histoire de pouvoir y voir un peu clair dans cette affaire. Je levai la tête, j'étais arrivée devant l'école. J'entendais un genre de cri, donc je pensais à me retourner. Cette silhouette ne m'était pas inconnue.

« Hello, Rena! » me lança une voix vive

« Bonjour, Rena-chan. »

« Ah! Bonjour! Satoko-chan! Rika-chan! »

Ces voix ne m'étaient pas inconnues. Satoko-chan et Rika-chan, toujours aussi mignonnes. J'entrais vers la salle de classe, la où l'on devait attendre Mion. Ont venaient de s'assoir, en attendant Mii-chan, on bavardait un peu, quand la porte coulissante vint grincer pour enfin faire apparaître une personne.

« Yo! »

« Ah, bonjour, Mii-chan. »

Je souris légèrement, tandis qu'on attendait, encore et encore, Keiichi. Enfin, après réflexion, Satoko lança:

« Vraiment impardonnable, ce Keiichi! Et bien, pour sa peine, il se prendra un bon seau dans la tête! »

« N'y va pas trop durement, Satoko-chan! »

Elle me sourit et alla installer son piège, un effaceur, le seau, la table de Rika... Enfin, bien des minutes plus tard, j'entendais Mion appeler Keiichi sur son téléphone, elle avait l'air mécontente. C'est sûr qu'il était vraiment en retard. Elle raccrocha enfin, énervée, puis sortit:

« Ce Keiichi! Il va voir! »

Je souris bêtement, puis bien trente minutes plus tard, après que Mion eut le temps d'exploser et de se plaindre. La porte coulissante vint afficher le corps de Keiichi, qui ne semblait pas avoir vu le superbe piège de Satoko. Et Mion vint le gronder, enfin, il glissa sur l'effaceur du tableau pour atterir pile poil dans le bon endroit, et tomba bel et bien dans le piège de Satoko. Mion et Satoko rigolaient dans leur coin, tandis que Rika semblait vouloir rigoler mais ne le fit pas. Je me précipitais vers lui, et dis:

« Keiichi ? Tu vas bien ? »

Mon visage semblait appeuré, encore une fois, mon expression trahissait mes sentiments une nouvelle fois...
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse
avatar
Čσмвιєи ∂є мєѕѕαgєѕ? : 3648
Čσмвιєи ∂'αииєєѕ αѕ-тυ νє¢υ? : 18
Ỗυ єѕ-тυ α¢тυєℓℓємєит? : A Réveil

MessageSujet: Maintenant...   Mar 29 Mai - 18:15
Après cette vaste agitation, nous voilà enfin prêts à commencer ce que l'on avait à faire pour aujourd'hui: La corvée.

Mes cheveux étaient presque secs, je pris une éponge puis la passa dans le seau d'eau que Mion avait remplit. Puis, me dirigeant vers les fenêtres, je commençai à les essuyer de haut en bas, en pensant à tout ce que m'avait raconté Oishi.

J'essuyais les vitres unes pars unes, le tableau, puis les tables des élèves. Et puis, tout à coup, je vis Rena, debout sur une échelle bancale, en train de changer l'ampoule usée accrochée sur le plafond. Elle allait tomber, c'était sûr! J'accourus derrière celle-ci, puis pris la parole.

" Est-ce que tu veux de l'aide, Rena? "

La jeune fille, ne voulant me fatiguer encore plus, refusa mon aide. Mais, son pied gauche glissa sur la dernière marche de l'échelle. Je la voyais tomber, en arrière... Lorsque j'accourus, n'ayant pas eu le temps de réfléchir, Rena m'étais tombé dessus...

Je me suis retrouvé à plat ventre sur le parquet pendant que j'avais ralentis sa chute, puis Rena tomba finalement sur mon dos... Elle se leva, s'excusa encore et encore. Pourtant, je n'étais pas blessé. J'éclatai de rire, puis montai moi-même sur l'échelle pour terminer sa tâche.

Lorsque Satoko, Mion et Rika eurent fini ceux qu'elles auraient dû faire, plus qu'une tâche se trouvait à présent sur la liste de rangement: Ranger le casier du club.

Apparament, chaque année, celle qui devait ranger le casier du club était Mion, puisque c'était elle qui apportait les jeux, puis qui les rangeait dedans. Mais comme j'étais arrivé en retard, ce jour-ci, Mion me fila alors la corvée.

C'était étrange d'entendre que Mion pouvait ranger quelque chose, elle qui n'a pas l'habitude de faire ce genre de rangement... Elle n'était pas si terrible en fin de compte.

J'ouvris soudain la porte du casier lorsque tous les jeux renfermés à l'intérieur me tombèrent dessus.

" Haha, excuse Keiichi, mais tous les ans, c'est le bazar là-dedans... " disait Mion en se grattant la tête.

Alors là, je voulais absolument retirer ce que j'avais dis juste avant. Mion n'est juste qu'une flemmarde, trouvant des moyens pour se faciliter l'affaire!

Rangeant le casier, pleins de remords, je découvris, soudain, lorsque tous les autres avaient le dos tournés, qu'un casier ne possédait pas de nom. Ici, chacun avait un casier, pour ranger ses affaires dans le besoin, c'était quand même plus pratique! Chaque casier possédait un nom. Mais l'un des casiers, bien remplis tout de même, avait l'étiquette déchirée. Sur un bout de l'étiquette, je pouvais effectivement lire le caractère " サ ". Ce caractère se lisait... " sa "...

" Sa "? Je ne connais personne de la classe ayant un prénom commençant par ce caractère, ou du moins, une seule, qui fut Satoko, mais son casier se figurait sur la partie droite et était en parfait état! A qui pouvait bien appartenir ce casier? J'allais jetter un coup d'oeil à l'intérieur orsque soudain, je sentis une présence derrière moi... C'était Mion...

" Alors, le petit fouineur? Qui est-ce qui t'as appris à fouiller dans le casier d'autruis? Hein? "

Elle disait cette phrase avec une drôle de tête quand même, on ne dirait vraiment pas qu'elle voulait plaisenter sur ce coup là... Et puis, elle me l'avait soufflé comme ça, dans l'oreille, sans me signaler sa présence...

J'avais sursauté sur le coup. Puis, Mion pouffa de rire. Je voulais lui poser la question, de qui appartenait ce mystérieux casier, mais voyant sa tête, je me suis dis qu'il fallait mieux garder ça pour sois. Je le découvrirais un jour, sûrement.

J'avais fini de ranger le casier du club (qui était censé être le casier de Mion à la base, mais comme elle n'y met que des jeux et que tout le monde pouvait se servir sans autorisation, enfin, seulement les membres du club, son casier est devenu le casier commun du club.), et Mion décida enfin de commencer la partie de pouilleux.

Elle sortit alors un vieux paquet de cartes. Puis elle annonça:

" Tout le monde connait les règles du jeux j'espère! Bien. Et bien sûr, selon la variante japonaise, le valet de pique est remplacé par le Joker! "

Ah, ça, je connaissais. Il n'y a que les anglais qui utilisent le valet de pique en fait... Je ne connaissais pas beaucoup de japonais utilisant le valet de pique...

Mion distribua les cartes. Celles-ci étaient toutes abîmées. Puis, quand elle eut finit, elle me demanda alors de commencer, sois-disant: " Que le nouveau commence "... Elle m'avais prit vraiment pour un nouveau type, mais je vais vite leurs montrer que je ne valais pas que ça!

Mes cartes ne furent effectivement pas très bonnes, mais je pouvais quand même leurs donner du fil à retordre. Cette fois, il fallait que je pioche une carte chez Satoko. Satoko rigolait... Celle-ci mettait en valeur dans son paquet, une carte vers la droite. Elle voulait sûrement que je pioche celle-là, mais je ne tomberai pas dans le piège! Je pris une carte se situant plus à gauche...

Et mince! C'était le Joker! Satoko semblait pouffer de rire, Mion en fit de même. Et puis, Mion commença alors à deviner mes cartes pour piocher à son tour.

" Tu as piocher le Joker n'est-ce pas, mon cher Keiichi? " disait-elle en riant.

Comment avait-t-elle deviné? Cette fille m'étonnera toujours! Et puis, soudain, Rika, qui n'avait point ouvert la bouche jusqu'ici, annonça...

" Tes cartes sont les suivants: De gauche à droite, le Joker, le trois de trèfle, le valet de coeur, la reine de pique, l'as de coeur, le dix de carreaux et le quatre de pique... "

Là... Je commençais à me douter de quelque chose... Comment pouvait-elle connaître ça??? Toutes mes cartes? Dans l'ordre où elles sont présentées? Avait-elle un don de voyance?

Je jettai des coup d'oeil à droite à gauche. Satoko et Mion semblait prendre plaisir à me taquiner... Et puis, tout à coup, je compris... Rika connaissais mes cartes parce qu'elle avait l'habitude de jouer avec celles-ci! C'est-à-dire qu'elle connaissais par coeur les insignes qu'elle avait placé dans des parties précédentes! Par exemple, il y a une trace d'ongle à la verticale sur le trois de trèfle, un côté un peu plié sur le dix de carreaux, deux traces d'ongle horizontales sur la reine de pique...

J'avais compris... Tout compris! Et j'avais eu une super technique! Je re-mélangeais mes cartes pendant que Mion et Satoko rigolaient...

Mion piocha alors une de mes cartes, bien sûre d'elle...

" Cette carte... C'est le valet de coeur! Il va de paire avec mon valet de carreaux! " disait-elle, les yeux fermés...

" Faux!! " répondis-je tout haut...

Effectivement! Mion s'était trompée! Celle-ci avait pioché: Le joker!

" Quoi? Comment est-ce possible? J'étais pourtant sûre que c'était le valet de coeur!! "

Elle réfléchissait, pendant que je rigolais... Toutes les autres semblaient perturbées...

" Keiichi... Ne me dis pas que... "

Mion avait l'air de deviner juste! Exactement, cette technique était imbattable!

" Oui, bien vu! Sachant que le valet de coeur possédait les deux coins situés en haut qui étaient légèrement pliés, et que le Joker possédait seulement un seul coin plié situé en haut à droite, il aurait suffit de cacher le coin plié en haut à droite du valet de coeur, puis plier le deuxième angle du haut du Joker pour faire croire qu'il était bien le valet de coeur! "

Rika semblait prendre du plaisir à me voir réagir ainsi. Mion et Satoko firent une tête pas possible, comme si j'avais déjà gagné la partie en avance. Rena me regardait, confiante.

" Haha! Alors? On continue cette partie? "

Mion ne disait rien... Pas plus que Satoko. Puis Mion proposa soudain...

" Et si on arrêtait cette partie, et que l'on lançait à Keiichi un défi ultime pour voir s'il pourra réussir? " disait-elle, confiante...

Tout le monde avait l'air d'être d'accord.

" Après, ça dépendra aussi de Keiichi! "

" Je relève ton défi! "

" Sachant que si Keiichi gagne, c'est moi qui recevra le gage! Et maintenant, si c'est moi qui gagne, Keiichi recevra le gage! "

Mion a pioché deux cartes au hasard dans le paquet. Puis elle annonça:

" L'une de ces deux cartes est le Joker. Il faut maintenant que tu devines, laquelle est le Joker! "

Les deux cartes avaient toutes les deux, deux coins pliés sur le haut. Cela voulait donc dire que l'une des cartes était le Joker, l'autre le valet de coeur! Mais comment faire pour deviner laquelle serait le Joker?

J'avais accepté ce défi sur un coup de tête mais me voilà pris dans de beaux draps... Je n'avais aucune idée de quelle carte serait la bonne... Mais dans ses moments là, il fallait aller plus loin. Le fait que Mion était si sûre d'elle voudrait dire qu'elle savait que je perdrais dans tous les cas...

Alors, pourquoi? Pourquoi est-elle si sûre d'elle?

" Déjà, prouves-moi qu'une de ces deux cartes est bien le Joker! "

" Si c'est ce que tu veux... "

Mion sortit de sa poche, un paquet de cartes encore sous emballage, tout nouveau. On dirait même qu'elle garde avec elle tous ces jeux pour sauver sa peau!

Puis, elle pris le Joker de ce nouveau paquet, puis une autre carte au hasard: Le trois de trèfle. Elle me les montra, mélangea les deux cartes derrière son dos, puis les posa devant elle.

" Maintenant, tu peux être sûr qu'il n'y aurait aucune triche et que l'une de ces deux cartes est le Joker!"

Effectivement... Mais... Je ne pouvais pas piocher n'importe comment! Surtout que Mion affichait toujours ce sourire comme si j'allais perdre à tous les coups...

Je fermai les yeux... Réfléchissais, encore et encore, sur la solution... Pourquoi Mion serait si sûre d'elle? Quelle stratégie avait-t-elle utilisée? Je ne suis pas si idiot, je trouverais bien la solution!

Et tout à coup... J'avais compris pourquoi Mion avait affiché ce sourire provocateur!!

Je courrus derrière celle-ci. Mion semblait étonnée et avait affiché un visage plutôt doûteux. C'était bien ça! Je ramassai une carte par terre, se trouvant à proximité de mon pied. C'était une carte toute neuve, retournée du côté face...

Je la pris dans la main, m'approchai vers Mion sans la lui montrer, puis m'arrêtai devant celle-ci...

" C'est ça que tu cherches, n'est-ce pas? "

Je lui montrai le côté pile de la carte, dans une position à ce que tout le monde puisse voir... Tous les autres semblaient étonnés... Et je pouvais prouver pourquoi.. La carte que je tenais était le Joker neuf...

" K... Keiichi? Comment as-tu deviné? "

Mion semblait confuse. Et je la comprennais bien. Elle trichait! Lorsqu'elle avait pioché les cartes dans son nouveau paquet, elle avait en effet pioché trois cartes. Le trois de trèfle, le Joker, puis une autre carte tout à fait anonyme. En me montrant le Joker et le trois de trèfle, elle gardait la troisième carte sous le Joker. Lorsqu'elle mélangea les cartes, elle fit tomber le Joker pour mettre, devant elle, la carte anonyme et le trois de trèfle...

Mais, inutile de le lui expliquer, tout en détail! Elle avait compris qu'elle avait triché, qu'elle s'est fait avoir, qu'elle a perdu et qu'elle allait recevoir un gage de ma part...

Je rigolais dans ma barbe pendant que les autres applaudissaient... Comme si ma victoire fut digne d'une victoire du siècle! Effectivement, Rena m'avait expliqué le fait que Mion était très forte pour tricher, pour faire disparaître des cartes très vites ou pour trouver des techniques pour gagner...

" Et maintenant... Puis-je avoir l'accès à mon gage? " disais-je en faisant semblant de parler poliment...

Puis, envahit par la surprise, Mion répondit n'importe quoi, tellement elle était surprise... Tellement n'importe quoi qu'elle avait révélé un potentiel indice sur ce que je voulait savoir...

" C'est pas vrai... Keiichi... Tu es bien le seul jusqu'ici ayant gagné à ce jeu!!! C'est vraiment pas possible, c'est incroyable! Comment est-ce que tu as fais ça?? Je n'en croirais pas! Même Satoshi a eu son gage!!!... "


... ... ... ... ... Silence total...

Après toutes ces débilités et ces conneries... Voici le meilleur prix que j'avais gagné: Un indice en plus sur... " ... " ... Tout le monde restait silencieux, Mion faisait une tête à vouloir dire qu'elle avait fait la plus grosse gaffe au monde...

Puis tous... Bien tout le monde, me regardaient pour voir comment j'allais réagir... Et bien sûr, je ne pouvais laisser passer cette information! Satoshi était le gars dont Rena avait parlé l'autre jour!

" Satoshi? "

Mion trouvait des explications inéfficaces qui partaient dans tous les sens...

" Heu... Commet dire heu... C'est... Enfin... "

Et là... J'eus comme le dos entier qui s'était glacé...

" Enfin... NE FAIT PAS ATTENTION A CA! CE N'EST RIEN DU TOUT! RIEN DU TOUT! "

... Le silence règnait... Mion... Mais... Qu'avait-elle à cet instant précis?... Que... Que c'était-il passé?? Pourquoi était-elle en colère?... Je...

Mion était prise dans une colère noire... Elle ne pouvait contrôler ce qu'elle disait... Et ça ne lui ressemblait pas du tout de crier! Je ne pouvais croire qu'elle l'ait fait exprès! Non! Tout mais pas ça! Je ne pouvais pas répondre autre chose pour la calmer, alors je répondis par ce que je devais répondre...

" Je... Je ne ferais pas attention à ça... Et puis, je le connais pas moi... Et ça va pas m'enchanter plus que ça de savoir que quelqu'un ait perdu à ton jeu, c'est vrai qu'il était compliqué... Et... "

Je cherchais les mots pour la rassurer... Le résultat se fit flagrant, vraiment flagrant...

" Ah, si c'est juste ça, excuse-moi alors! Bon, si je ne te dérange pas, continuons! " disait Mion avec un sourire comme toujours...

Ce n'était pas que j'avais eu peur de Mion... J'avais eu le même sentiment que lorsque je suis partis de la maison de Rena... Je n'avais pas peur, mais je ne pouvais pas lever la voix avec elles... Elles sont mes amies après tout... Je ne pouvais pas, je ne pourrais pas, tout simplement...

Et puis... Comme avec Rena... Faisions comme si de rien ne c'était passé! Voilà! Si je voudrais demander des informations, ça serait à l'inspecteur Oishi! Et non à mes amies, je ne voulais pas qu'elles soient mêlées à ça... Même si d'après ce que m'avait dit Rena... Satoko était bel et bien mêlée à ça...

Je jettai un coup d'oeil discret à Satoko... Elle semblait perturbée, affichant un visage désespéré... Puis elle me remarqua.

" Alors Keiichi? T'as un problème avec mon visage? " disait-elle avec un sourire provocateur...

Apparament, ça allait mieux pour l'instant, ne parlions plus de ça, je pensais...

" Qu'est-ce que tu fais Keiichi? Je te rappelle que si tu veux passer ton tour pour le gage, j'accepterai volontier! "

" N'essaie pas de plonger dans tes rêveries trop tôt, Mion! "

Au début, je voulais lui demander des informations à propos justement, de la purification du coton... De tout ça... Mais je me suis dis que non, je ne devais les mêler à ça... Bon maintenant, le problème est de trouver un gage... Pourtant, la voix de Mion énervée résonnait encore et encore dans ma tête, ne puissant jamais sortir...

Je préférais la voir plus douce, ressemblant à un chaton apeuré... Un chaton apeuré? Voilà, exactement!

Je me dirigeai vers le casier du club, ressortant les fausses oreilles de chat que j'avais rangé précieusement dedans.

" A partir de maintenant, dimanche, lundi et mardi, il faudrait que tu viennes à l'école en portant ces oreilles de chats et en finissant tes phrases par " nya ", qu'est-ce que tu en dis? "

" Quoi??? Tu veux que je portes ce truc et que je me fasse ridiculiser par les mômes de notre classe?? "

" Ou sinon, j'ai des gages bien plus pire, qu'est-ce que tu préfères? "

" D'accord d'accord Keiichi, je le ferais, ça te va? " répondait Mion plutôt en rogne...

Mion était vraiment en rogne à propos de mon gage, mais elle rigolait. Elle était tellement mois tendue que lorsqu'elle avait crié... Et puis, en mettant ses oreilles de chats, sa voix furieuse de tout à l'heure fut complètement effacée de ma mémoire, et la voir comme ça me rassurait énormement...

" Voilà, t'es content à présent, nyaa? "

Son " nyaa " avait fait rigolé tout le monde. Et puis, nous continuons notre petite discution jusqu'au moment de rentrer... Il était déjà midi, et il fallait qu'on aille déjeuner.

" Dites--nyaa, ça serait pas mal si on allait au temple pour déjeuner non, nyaaa? Chacun ammènerait son bentô là bas pour profiter de la vue--nyaa! "

" C'est vrai, c'est une occasion pour faire découvrir le temple à Keiichi, je suis d'accord! "

" Si je peux m'amuser autant qu'aujourd'hui, je suis partante! "

Je regardais Rena... Son bentô était bien rempli, d'une grande taille, contenant sûrement des mets d'une grande valeur! C'était plutôt une bonne idée, et ça serait l'occasion de pouvoir voir le village en entier de là haut! Je rejoignis alors les rangs de Mion, Satoko et Rika... Cette journée s'annoncerai mouvementée...
Invité


MessageSujet: Re: Hinamizawa, le village maudit... [PV.: Rena Ryûgu]   Mar 29 Mai - 18:47
Après un certain fou rire, nous voilà à notre tâche principale: Les corvées. Je lâchais un sourire et levait la tête pour aperçevoir l'ampoule poussièreuse et usée, il fallait la changer.

Je sortais de la classe pour aller chercher une ampoule neuve et une échelle. Après longue recherche, je pus enfin trouver ce qu'il me fallait, puis je me dirigeais vers la classe pour enfin installer l'échelle et prendre l'ampoule pour grimper sur l'échelle pour faire tourner l'ampoule et l'enlever de ce trou. J'étais perdue dans mes pensées, surtout au cas de Satoshi, j'aimerais que Satoko ne sache jamais que je lui en ai parlé, elle me tuerait vivante ou me ferait subir la pire de la pire de ses farces, aussi je pensais à la Cérémonie de la Purification du Coton qui allait se dérouler bientôt, quand j'entendis une voix qui s'adressait à moi, sans aucun doute: On voulait m'aider, c'était Keiichi.


« Non, je n'en aurais pas besoin, mais, merci de t'être proposer. »

Et la: drame. Mon pied gauche avait doucement glissé sur la dernière marche de l'échelle, et moi j'étais tombée en arrière, tout sa que je revoyais au ralenti. Je m'étais mise en boule et fermée les yeux pour atterir sauvée sur le dos de Keiichi. Après quelques secondes, ayant réalisée la posture sur laquelle j'étais sur ce pauvre Keiichi, je me leva et tout en m'inclinant, je m'excusais encore et encore:

« Pardon, pardon, pardon, pardon, pardon, pardon!! »

Je sentais qu'il avait envie de rire, ce qu'il fit. Je souriais légèrement et il partait finir ma tâche. Pendant ce temps, j'eus le temps de réfléchir: Et si, la prochaine victime, c'était moi en fait ? Je me laissais trembler à cette proposition, puis enfin j'entendis que les autres filles avaient finis, ce qui me rassura: Je n'aurais pas à repenser à cette proposition terrifiante. Il restait une étape: le casier du club, il fallait le ranger. Je me souvenais alors que Mion avait donnée ce gage à Keiichi comme il était arrivé en retard. Je le plaignais: Mion rangeait vraiment très mal ses affaires et tout lui tombait sur la tête dès qu'elle ouvrait son casier..

Puis, Keiichi ouvrit la porte du casier et comme prévu: Tout lui dégringola sur la tête. Satoko étouffa un rire discret que j'entendais malgré tout. Je voyais Keiichi ranger, ranger et encore ranger. Enfin, les filles se retournèrent. Je me retournais, mais rien, alors je re-regardais Keiichi ranger. Mais il semblait perturber par le fait que l'un des casier, situé juste à côté de celui de Mion, ne possédait pas d'étiquette. Je suivais son regard, regardant la syllabe écrite: "Sa". Non, ce casier n'appartenait pas à Satoko, mais à Satoshi. Je le regardais regarder le casier de Satoko, retournant son regard sur le casier de Satoshi, puis tenter de regarder à l'intérieur, mais Mii-chan l'avait surprise.

Mion avait un air froid, mais quand elle avait parler, ce fut sérieusement: enfin, elle pouffa de rire. Enfin, Keiichi fini de ranger et l'on attaqua une partie de pouilleux, encore perdue dans mes pensées, je pensais aux précédents évènements, quand soudain, Rika m'interpella:


« Rena-chan, c'est à toi. »

« Ah, désolé. »

J'adressais un bref sourire à Rika et piocha l'une de ses cartes puis les tendit à ma voisine, Satoko. Elle me regarda et piocha une carte, tandis que je repartais dans mes pensées. Enfin, la partie s'acheva sans que je m'en rende compte. Mion voulait lui lancer le défi ultime. Je souris en assistant à la partie: Keiichi n'allait pas se tromper, j'en étais presque sûre. Satoshi n'avait pas réussi, lui. Mais il avait trouvé la tromperie, je riais légèrement: Il a gagné. Puis, Mion sortit une grosse, grosse gaffe: Satoshi. Jamais n'aurait-elle du le dire, ma première réaction fut de regarder Satoko, figée sur place. Enfin, je regardais Mion qui semblait un peu "choquée" de ses paroles. Son cri ne pouvait être défini comme un cri "normal" sortit de la bouche de celle-ci. Cette réaction de notre déléguée m'a surprise, mais j'avais compris ce qu'elle ressentait à ce moment là. Elle ne savait comment corriger sa faute...

Puis, après quelques instants bref, Mion eut son gage, j'en rigolais même: se déguiser en chat en prononçant "Nyaa", heureusement que sa ne m'arrive pas! Je riais beaucoup dans ma "barbe", puis je suivais tout en pensant, le reste du club, sans trop y penser, j'étais un peu perdue depuis les paroles de Mion, voir beaucoup...

Lorsque , tout à coup, en sortant de l'école, Mion eut une proposition qui m'est parrue pas mal du tout: Aller au temple pour déjeuner, ce midi en question. Tout le monde semblait du même avis, c'est-à-dire y aller, ne pouvant refuser, j'acceptai la proposition tout en pensant à ce qu'il pourrait m'arriver.
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse
avatar
Čσмвιєи ∂є мєѕѕαgєѕ? : 3648
Čσмвιєи ∂'αииєєѕ αѕ-тυ νє¢υ? : 18
Ỗυ єѕ-тυ α¢тυєℓℓємєит? : A Réveil

MessageSujet: Ensuite!   Mar 29 Mai - 18:55
Nous nous sommes dirigés vers le temple. Le cri des cigales était toujours plus fort vers le midi. Je montais une à une les marches de l'escaliers qui menait au temple, mon bentô à la main, lorsque Satoko se plaignait et râlait.

" Rhaaa, je n'en peux plus! C'est fatigant de monter ces marches, surtout en été, le midi! Et surtout quand on a le ventre bien vide! "

Je me pus m'empêcher de rigoler.

" Si tu veux te plaindre, retournes à l'école et mange ton repas là bas, tu ne pensais quand même pas que quelqu'un allait te porter jusqu'en haut? " s'exclamais-je tout en rigolant.

" Ahaha, très drôle " répondit Satoko d'un ton ironique.

Tout le long du chemin, je n'ai pas arrêté à faire une chose: Regarder Mion. Celle-ci affichait un visage tout ce qu'il n'y avait de plus banal que d'habitude. Comment une telle personnalitée pouvait-elle devenir si aggressive? Ses oreilles de chat qu'elle semblait oublier lui allait comme des gants,ce serre-tête caché par ses cheveux dont seul les oreilles de chats en fausse fourrure ressortaient. Elle n'était pas mal dans cet angle de vue, surtout que je me situais à quelques marches derrière elle... Si elle avait malheureusement porté une mini-jupe, je pouvais faire quelque chose que je payerais très cher quand elle le remarquera...

Rena semblait pensive. A quoi pouvait-elle bien penser? Rika n'exprimait aucune expressions, et il était difficile de deviner à quoi elle pensait, comme toujours.

Puis, nous sommes arrivés au temple.

Spoiler:
 

Le temple était magnifique, le sol était blanc, le temple était ce que l'on pouvait définir d'un vrai temple japonais. C'était la première fois que je vienne ici, je n'avais jamais visité ce genre d'endroits auparavent.

Nous nous sommes mis sur l'herbe, dans un endroit où nous puissions voir le beau paysage de Hinamizawa depuis un haut sommet. Il n'y avait pas grand nombre de visiteur dans cet endroit magnifique. Je lançai un coup d'oeil à la vue de Hinamizawa... C'était vraiment magnifique...

Spoiler:
 

" Alors, comment tu trouves cet endroit--nyaa? "

Mion prit la parole, toujours contrariée par ses fins de phrases par " --nyaa ". Mais pour une fois, je l'avais assez taquinée pour la journée, je me suis décidé de me calmer...

" C'est magnifique, ça ne m'étonne pas de toi de trouver ce genre d'idées pour l'endroit du déjeuner! "

Et là, surprise. L'expression de Mion changea du tout au tout. Elle était presque rouge, comme Rena lorsqu'elle se sentait gênée. C'était peut être le seul compliment que je ne lui avait fait jusqu'ici...

" Haha, pour une fois que tu dis des choses bien--nyaa! Mais tu sais, y a pas que moi qui connaissais cet endroit! Tout le monde habitant à Hinamizawa vient souvent admirer la vue ici! Je te conseille de venir souvent--nyaa! "

" Venir souvent? Qu'est-ce que tu veux dire par là? Encore un de tes trucs pas nets je paris! "

" Hahaha, exactement-nyaa! "

Mion baissa alors le ton de sa voix comme pour s'assurer que personne ne puisse entendre ce qu'elle allait dire, puis s'approcha de mon oreille...

" On dit que si tu déclares ta flamme à la personne que tu aimes bien, devant le temple, et que ton amour est réciproque, votre amour durera éternellement--nyaa! "

" J'étais sûr que c'était pour me dire un truc dans le genre, 'te la ramènne pas Mion, tu sais très bien que tes rumeurs comme ça ne marchent pas sur moi! "

" Je pensais que ça allait te réjouir et que tout de suite, tu proposeras à Rena de venir ici avec toi demain! " disait-elle, un sourire narquois aux lèvres...

Cette fille m'énervera toujours et toujours, peut importe ce qu'elle dit, ce qu'elle fait...

" Et je te rappelle que je ne t'ai pas menti à propos de cette tradition, c'est la pure vérité! Demandes à Rika, elle qui est surnommée " Furude no Miko ", la prêtresse du temple Furude!! "

Le temple Furude?? Alors ce temple appartenait à la famille de Rika? Je ne savais pas du tout!

" Pas besoin de me demander" répondit Rika qui semblait tout avoir entendu. " Je confirme, la rumeur que t'a racontée Mion est bien vraie. "

Alors c'était vraiment comme ça... Mais à quoi est-ce que je pensais encore moi?!? Mion rigolait en voyant mon visage paniqué pendant que Rika me tapottait la tête, comme si elle était plus vieille que moi...

Et puis, nous avons commencé à manger. Tout le monde est allé piquer des choses dans le bentô de Rena, qui elle, ne semblait pas gênée.

Le bentô de Mion était un vrai désastre, mais ce qui signifiait qu'elle l'avait fait elle même... Le bentô de Satoko n'était pas si mal, mais pas vraiment bon non plus, mais le panier de Rika dépassait toutes mes espérances: C'était délicieux. Mais aucun bentô ne pouvait dépasser celui de Rena, surtout que j'avais fais le mien à l'arrache vu que ma mère était partie à Tokyo.

Et puis, tout en mangeant dans la bonne ambiance, mêlée aux blagues répétitives de Satoko, à l'assurance de Rika, aux mesquineries de Mion, et aux sourires de Rena, nous finîmes notre repas en un clin d'oeil. Et selon la tradition au Japon concernant le panier-repas: Non, pas de dessert! Le dessert était censé être de l' "importation de l'étranger ". Mais Rika sortit quelques petits gâteaux pour terminer le repas tout en douceur...

Et puis, je me retournai vers le temple. Le grand portail était ouvert, laissant les gens entrer. Je me demandais ce qu'il y aurait à l'intérieur, et, tant que j'y était, je pourrais le visiter une fois tout le monde partis?

Mais quand j'y repensais... Le temple avait un rapport avec la tradition des habitants de Hinamizawa, à leurs croyances personnelles... Alors, ça voulait bien dire que je pourrais en apprendre davantage sur cette fameuse " Déesse Yashiro ", et ça voulait aussi dire que si je devais visiter le temple, ça serait accompagnée d'une personne hors de l'école!

Et puis, nous avons commencé à mener une longue discution. Il était bientôt quinze heures, mais on s'amusait tellement bien dans cet espace où règnait la paix que personne ne s'était inquiété à propos du temps.

Quelques temps après, Rika avait décidément oublié l'heure.

" Il faut que je rentre maintenant, je me suis souvenue d'une chose très inportante que je n'avais pas fini! "

Même les petites filles comme elle sont occupées jusqu'au bout des doigts? Après l'avoir salué, elle partit en vitesse descendant les escalier deux par deux. Et puis, vint au tour de Satoko.

Bientôt, ne restait plus que moi, Rena et Mion... On aurait dit que les plus petites avaient plus de choses à faire que nous! Apparament, Rena allait aussi décider de rentrer...
Invité


MessageSujet: Re: Hinamizawa, le village maudit... [PV.: Rena Ryûgu]   Mar 29 Mai - 19:00
Nous sommes allés tranquillement vers le temple, moi, toujours aussi pensive que d'habitude, sans la moindre parole adressée. On se devait de grimper les marches qui menait vers le temple. Moi, mon bentô à la main, je ne me fatiguais pas. Enfin, j'entendis Satoko se mettre à gronder sur le fait qu'elle était fatiguée. Moi je n'y écoutais rien, regardant les marches une à une, sans les compter, mais en m'ennuyant de penser sans arrêt. Enfin, après avoir longuement observée Satoko, nous étions en haut sans que je puisse m'en rendre compte.

Je regardais le doux aspect du temple, puis je dirigeais ma tête vers le ciel, fermant les yeux un instant, puis je remis ma tête dans la position la plus normale possible, yeux ouvert, pour suivre le club vers l'endroit idéal pour déjeuner. Nous étions donc installés sur de l'herbe, de la, Hinamizawa était splendide et pas si petit qu'on pouvait le croire, c'était plutôt normal si on pouvait le dire. Je regardais la vue un long moment, puis m'assis près de Satoko qui elle, avait Rika de son autre côté. Je décidais de parler avec Satoko, Rika étant particulièrement silencieuse et ne voulait décidément participer à aucune discussion. Je déposais mon bentô, regarda Satoko et dis:


« Satoko-chan ? »

« Hrrrmphf ? » Me ronchonna-t-elle, la bouche pleine de nourriture

« Tu ne sembles pas très excitée, tu es plus joyeuse d'habitude. Tout va bien ? »

« Eh eh, bien sûr! Qu'est-ce que tu crois! »

Je sentais bien sûr le mensonge derrière ces paroles innocentes. Elle leva la tête vers le ciel en souriant d'un ton moqueur, puis tourna la tête vers moi en disant:

« Eh eh eh... »

« Qu...Quoi ? I...Il y a un problème ? » Dis-je avec une expression sûrement gênée sur mon visage

« Ah ah ah, c'est trop marrant de te voir dans une telle situation, on croirait te voir avec ce cher Keiichi. »

Et la, silence total entre nous deux. Puis, elle explosa de rire tandis que je riais légèrement, même si j'étais horriblement gênée, malgré tout, elle ne manquait pas de sa dose d'humour. J'entendis soudainement Rika prononcer une parole, puis je regardais une nouvelle fois Satoko. Enfin, nous nous sommes mis à manger. Satoko piquait pleins de choses dans mon bentô sans même faire attention au sien. Je décidais donc d'en prendre dans le sien, ce n'était pas extrêmement bon il faut dire, mais c'était comestible et au fond, presque excellent. J'en prenais dans celui de Mion et Rika aussi, un peu dans celui de Keiichi mais pas de trop: Il semblait tous bon, même si au niveau de celui de Mion, j'ai faillis rigoler du goût, mais je ne l'avais pas fais. Le repas fini, Rika sortait quelques gâteaux qu'on prit le temps de manger.

Nous avons débuter une très longue discussion, semblant oublier l'heure. Enfin, Rika nous refis prendre nos esprits, un peu perdu dans la discussion, annonçant qu'elle devait partir.


« Au revoir, Rika-chan. »

Elle m'adressa un signe de la main en souriant, puis partis. Ce fut le tour de Satoko, même genre de paroles:

« A plus tard, Satoko-chan. »

« Ouaaii! A plus tard tout le monde, sauf Keiichi bien sûr. »

Je ne pus m'empêcher d'étouffer un rire discret, puis elle partit. Je regardais l'heure: de nouveaux trésors devait être arrivé. Je me levais en débarassant mes quelques débrits, puis je dis:

« Il va falloir que j'y aille. A plus tard, Keiichi-kun, Mii-chan. »

Mion me fit un signe de la main, je souriais puis contemplait une dernière fois la vue d'Hinamizawa, puis je me mis à partir vers les marches que je devais redescendre. Je commencais à les descendre en regardant le sol, retournant dans mes pensées.
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse
avatar
Čσмвιєи ∂є мєѕѕαgєѕ? : 3648
Čσмвιєи ∂'αииєєѕ αѕ-тυ νє¢υ? : 18
Ỗυ єѕ-тυ α¢тυєℓℓємєит? : A Réveil

MessageSujet: C'est alors que...   Mar 29 Mai - 20:23
Je lançais un dernier regard à Rena, disparue peut après derrière la zone de l'escalier inaccessible de mon champ de vision.

Ce fut quand même une rude journée, dit-on. La couleur bleuté du ciel se transformait, laissant apparaître des rayons orangeâtres illuminant les deux types de nuages de rouge, cachant un deuxième côté sombre dans l'ombre des rayons...

Des cumulus et des cirrus. J'en étais presque sûr. Moin s'était tut, et entâmer un sujet concernant les nuages avec ce genre de fille me sortait de la tête...

Je devais attendre que Mion s'en aille pour visiter le temple, mais vu l'heure, j'aurai pensé revenir plus tard. Comme le lendemain par exemple, un dimanche dont, selon la météo quelque peu trompeuse malgré elle, le soleil brillerait perché haut dans le ciel...

C'était quand même une tournure de phrase que l'on utilisait en primaire, " perché haut dans le ciel ". Je m'étais étonné moi-même de ne pouvoir trouver une expression quelque peut plus discrète.

Mion regardait le sol, réfléchissant à un sujet que j'ignorais, comme si elle allait rester assise plantée au même endroit pour l'éternité. Le silence régnait, précisément à ce moment-là. En y repensant, Mion n'a pas vraiment été " Mion " aujourd'hui... Criant à l'idée d'avoir prononcé le mot " Satoshi ", rougissant à ma première remarque... J'aurai presque cru que celle qui se tenait devant moi, dans ce calme absolu, n'était pas Mion. Bien sûr, cela était impossible.

Ses cheveux verdâtres flottaient dans le vent, faisant vibrer les feuilles des arbres comme pour nous rafraîchir. Je pensais à toutes ces choses bizarres que Mion avait vécu ces jours-ci. D'abord, en la surprenant juste devant chez moi, apparaissant comme si de rien n'était, ce changement radical de caractère, ce côté toujours aussi cassant mais beaucoup plus féminin...

Je penchais mon regard sur celui de Mion. Elle n'avait pas bougé d'un cran, les yeux rivés sur le sol... Et puis, soudainement, voulant aborder un sujet, nos regards s'étaient croisés...

J'en étais sûr, à ce moment précis... Comme si je voulais sortir quelque chose de plus surnaturel encore, je commençai à la questionner d'une façon bien maladroite...

" Tu n'es pas Mion, n'est-ce pas? Qui es-tu? "

La jeune fille aux cheveux verts semblait surprise de cette question bizarre. Cette surprise l'avais fais sursauté, comme si elle avait été découverte. Mais, ayant bien joué son rôle jusqu'au bout, celle-ci se mit à rire.

" Mais qu'est-ce que tu racontes, Keiichi--nyaa? Tu te rends compte de ce que tu dis? Qui veux-tu que je sois? "

C'est vrai que, me reposant moi-même la question, j'avais sentis ça bizarre. Mion était Mion, après tout. Quand nous avions joué aux cartes, elle ne pouvait pas ressembler plus à la Mion que je connaissais avant. Mais alors... Pourquoi était-elle si différente? Quelques uns de ces gestes me ferais presque penser à Rena... Ou à un monstre sanguinaire...

Après tout, je ne voulais pas continuer cette discution n'ayant aucun sens.

" Mion, tout simplement! Ahaha, désolé si je t'ai embarrassée hein? Je voulais pas poser des questions bizarres! "

Je m'attendais plutôt à une attaque du genre " Qui est-ce qui est embarassé là? " ou des réponses encore plus violentes. Mais sa réaction était tout autre. Elle ne répondait pas, souriant légèrement, puis, visant à nouveau un objectif sur le sol.

C'était encore l'une de ses changements soudains d'attitudes. Je me demande si je n'aurais mieux fais de continuer la discution sur la question idiote...

Je regardais vers le temple. Les rayons du soleil n'avaient atteins seulement la partie droite du temple, laissant la deuxième partie complètement à l'ombre. La grande porte était toujours ouverte...

" Tu es intéressé par le temple, Keiichi-nyaa? "

Je me retournai soudainement. Mion avait enfin trouvé un sujet potable sur lequel discuter. Mais je ne devais pas trop lui dévoiler à propos de ma prochaine visite au temple.

" Hein? Heu... Oui un peu. On peut dire qu'il est plutôt pas mal, niveau esthétique! "

Je voulais absolument contourner ce sujet. Mais apparament, Mion ne voulait pas se laisser faire.

" Haha, remarque de tous les p'tits nouveaux de Hinamizawa--nyaa! Dis... "

Je craignais le pire...

" Oui? "

" Une petite balade à l'intérieur du temple, ça te dis--nyaa? " disait-elle en souriant.

Je craignais cette question, et voilà qu'elle tombait exactement comme je l'avais pensé... Mais je ne pouvais pas le visiter en compagnie de Mion! Je m'étais juré ne plus jamais les traîner dans cette histoire...

" Humm... Pas vraiment en fait... Je viendrais un jour peut être, pour me changer les idées? "

Cette réponse n'avait pas l'air de plaire à Mion. Mais elle n'avait pas perdu la guerre...

" Bah... Fait comme bon te semble, tu finiras bien par le visiter un jour--nyaa, je me trompe? "

Je ne répondis pas. L'envie de répondre m'étais passée... Et, avant que je n'eus dégoté la moindre réponse pouvant encore passer...

" Bon, on rentre? Comme tout le monde est partis, je vois pas vraiment ce que l'on peut faire d'autres ici--nyaa, puisque l'idée de visiter le temple te passait au dessus de la tête! "

Se grattant la tête, elle se leva d'un geste brusque puis descendis les escaliers quatres par quatres sans se retourner. Je me levai à mon tour puis partis suivre son rythme éternel.

Mion arriva alors en bas des escaliers, m'attendant pour que je puisse la rejoindre.

" Bon aller, à la prochaine! "

Mion partit alors vers la route de gauche en trottinant comme d'habitude. Je la regardais disparaître en tournant dans une autre ruelle, puis m'engageais sur la route de gauche. En ne pensant à rien, je finis alors par arriver chez moi. J'ouvris la porte, tournant les clés dans la serrure, la refermant, puis montai alors dans ma chambre. J'y posai alors ma boîte de bentô. Je n'avais pas vraiment l'apétit de manger quoi que ce soit pour le dîner, malgré les répétitions enlaçantes de ma mère: " Ne saute pas de repas, Keiichi! "

J'ouvris alors la porte de la salle de bain, ouvrant l'eau de la douche. Accrochant mes vêtements sur le porte-serviettes quelconque, attendant l'eau qui commençait à se chauffer, je songeais encore aux évènements passés...

L'eau était tiède. La buée se faisait sur les vitres, m'empêchant de me regarder dans le mirroir. Laissant l'eau couler sur mon visage, je fermai les yeux... Une douche faisait du bien quelques fois. Je baissai alors la tête, songeant encore et encore à tous mes propos... Et prévisualisant ma visite du lendemain, au temple Furude. J'avais pris une décision: J'irai là-bas, seul.

Le soir était tombé. Sautant le dîner, je m'apprêtais à m'endormir. Mes pensées m'envahissaient, pendant que j'essayais de retrouver le moindre calme présent dans mon esprit...

------------------------------------------------------[Hinamizawa, le village maudit...]------------------------------------------------------

Le vent soufflais devant le temple Furude. Déjà prêt, avant quiconque, je me suis retrouvé là bas en moins de deux. En réalité, je ne serais venu si tôt si je n'avais pas vécu ce cauchemard. Je sentais que quelque chose allait se passer aujourd'hui, mais tant que rien ne s'était encore produit, je voulais rester optimiste.

La chaleur était déjà étouffante le matin. Je regardais le ciel, la météo semblait avoir juste. Le ciel était bleu, sans aucun nuage... Je souris soudain, sans raison particulière. Sans doute parce que je m'étais habituée à cette ambiance matinale que je ratais souvent le week-end en faisant la grâce matinée...

Je remontais unes à unes les marches de l'escalier. Cette montée m'a soudainement parue moins longue que la première fois. Et puis, j'atteignis alors le sommet. Le temple m'a soudainement rendu nostalgique, comme si toutes les actions du jour passé revenaient petit à petit. Le temple n'avait cependant pas changé. Le temps était meilleur que celui d'hier, sûrement.

J'avançai vers la grande entrée du temple. Celle-ci était fermée par une grande planche en bois... Je cherchais désespérément quelqu'un, mais personne n'était présent, même si je sentais parfois, une drôle de présence rôder dans les parages.

Je tapai alors contre la porte pour appeler quelqu'un qui pourrait me renseigner si une petite visite dans le temple m'étais accordée. Mais personne ne se pointait...

Moi qui était toujours trompé par mon intuition, me voilà dans de beaux draps. Moi qui ait tout préparé, qu'allais-je faire? Entrer sans permission dans ce temple? Soudain, alors que toutes les chances d'entrer m'étaient passées, j'entendis une voix quelque peut familière qui me surpris. Je me retournais alors...

" Mais que vois-je donc ici? Un curieux visiteur! "

Cette voix, je la connaissais bien... Mais elle était différente de celle que j'avais imaginé en premier lieu. Puis, surpris par l'image de la personne qui s'offrait à moi, je sursautai...

" Oh, je t'aurais surpris? Ce n'est pas trop mon genre de surprendre les gens, alors si je t'ai fais peur, excuses-moi! "

Je me demandais pourquoi cette fille, environ du même âge que moi, me parlait comme si elle était plus vieille... Ses yeux verts me fixait du regards, ses longs cheveux détachés de la même couleurs semblaient voler dans le vent... Une bref idée me traversa alors la tête, me mettant en rogne...

" Mion?? Mais qu'est-ce que tu fais là? Je croyais que tu venais pas souvent ici moi!! Et arrêtes de me parler sur ce ton, ça te ressemble pas!! "

La jeune fille en face de moi semblait surprise par ma réponse...

" Mion? "

Celle-ci semblait ignorer ce que je venais de dire... Tout en me regardant d'un air indifférent, elle souris, ne se fâchant du moins au monde... Comme paralysé sur place, aucun mot ne pouvait sortir de mon esprit...

" Tu dois être Keiichi Maebara n'est-ce pas? "

Cette question me fit sursauter de plus belle... Je tombai alors en arrière, comme si un OVNI était apparu devant moi...

" Vous... Vous me connaissez? "

" Haha, tu n'es pas obligé de me vouvoyer tu sais? On a presque le même âge! "

La jeune fille me tendis alors la main pour me relever. Voyant que je n'étais pas prêt à accepter l'aide d'une parfaite inconnue, celle-ci se laissa continuer.

" Je m'appelle Shion. "

Shion... Ce prénom ne me disait rien... Mais avant que je n'eusse pensé à quoi que ce soit, elle continuait alors, en m'ignorant, sa présentation.

" Plus précisément, enfin, même si ce n'est pas très important, je m'appelle Shion Sonozaki. "

Shion... Comme je le disais, ce prénom ne me disait rien... Mais... Shion Sonozaki... Cette personne, ici présente devant moi, me tendant son bras, possédait le même nom de famille que... Mion Sonozaki...

J'hésitais toujours un peu à accepter son aide... Mais ne voulant pas la faire attendre, je pris sa main, puis me relevai.

Cette " Shion " souriais, baigné par la lumière du soleil... Son apparence physique était complètement identique à celle de Mion, malgré quelques détails, comme ses vêtements un peu plus féminins, ses cheveux détachés... Et son caractère...

" Tu... Tu connais Mion? "

Sans réfléchir, et n'ayant plus que cette question en tête, je m'étais décidé à la lui demander... Shion semblait hésiter quelque peu... Puis, au tout dernier moment, elle me répondit d'un ton parfaitement indifférent...

" Si tu veux parler de Mion Sonozaki... En effet, je reconnais que tu dois avoir raison! "

Peut être était-elle parfaitement identique à Mion, un autre point commun s'était refleté en elle... Shion ne savait que me répondre d'une façon qui m'énervais, et qui ne me donnais en aucun cas la réponse entière... Elle se tut un instant, voyant mon visage agacé, puis, comme si elle avait lu dans mes pensées, repris alors d'un ton monotone.

" Je suis la soeur de Mion. Enchantée de faire ta connaissance, Maebara!"

Cette révélation ne me surpris pas pour autant... La soeur de Mion... On aurait tout vu. Mais vu la ressemblance, on pourrait bien le croire, et tout le monde l'aurait deviné sur le coup. Et puis, je commençai alors à lui faire confiance...

" Aller, ça va, tu n'as pas besoin de m'appeler Maebara... C'est bizarre lorsqu'une telle copie de Mion, sortie de nul part, se mettait à m'appeler par mon nom... "

" Ah vraiment? Alors tu peux m'appeler Shion, si tu veux! " répondit-elle en souriant.

La désigner en tant que " copie de Mion " semblait ne pas la perturber. Décidément, la soeur de Mion était cent fois plus mature que la " déléguée " elle-même...

" Au fait, tu dois être venu pour visiter le temple! "

Ah oui, avec toute cette agitation, j'allais oublier ma raison de venue...

" Je me demandais justement si le temple n'était pas fermé les dimanches... "

" Non, pas du tout! Tu peux entrer à tous moments simplement en ouvrant la porte! J'espère que tu sauras au moins ouvrir une porte... " disait-elle en souriant.

Encore une réponse qui m'avait frappé tel un fouet. Décidément, le fait que Mion était sa soeur lui allait bien... Je ne répondis pas, sur le coup, puis ouvrit alors la porte du temple, déplaçant la planche de bois qui la refermait.

L'intérieur du temple était noir, seul la lueur du soleil pénétré par l'ouverture de la porte semblait illuminer les objets...

J'entrai alors dans le temple, suivis de Shion. Je regardais de droite à gauche... Il y avait partout, des sortes de pots de poterie, des grands vases ornés de dieux boudhistes ou de dragons, partout un tas et un tas d'objets se rapportant à des insignes vieillaux ou des continents lointains...

Jusqu'à ce que je posai mon regard sur la grande statue au milieu de la pièce. Le noir nous entourait, et il fallait la regarder de près pour savoir qui en était la représentation. Me voyant regarder attentivement cette immense statue de plus de trois mètres, Shion se tourna vers moi.

" Cette statue est immense, n'est-ce pas? " disait-elle en souriant.

" C'est le cas, oui... Mais pourquoi? Une statue de cette taille doit représenter un personnage important. "

Shion s'était tut. Celle-ci baissa alors la tête, comme pour m'annoncer un long discours, puis me questionna...

" Est-ce que tu as déjà entendu parler des croyances de Hinamizawa? "

Je pensais soudainement qu'elle voulait encore contourner ma question... Apparament, cette statue aurait un lien avec tout le tralala que j'avais entendu de la part de l'inspecteur Oishi et de Rena... Je me fis sérieux, puis répondis...

" Oui... Les habitants de Hinamizawa croient tous à une certaine déesse n'est-ce pas? "

" Effectivement... Je vois que tu as déjà entendu parler de la déesse Yashiro... "

Ce nom me revenait... Et puis... Toutes les paroles de l'inspecteur Oishi me revenaient aussi...



Mon regard était plongé dans le vague. Mais la voix de Shion me permis de revenir dans mon état normal.

" Vu ta réaction, tu es déjà au courant de beaucoup de choses n'est-ce pas? La purification du coton... La déesse Yashiro... "

C'est alors que j'ai eu une conclusion: Je ne pouvais mêler Rena dans cette affaire, ni les autres... Seul l'inspecteur Oishi pouvait répondre à mes questions... Mais là, se tenait devant moi une personne qui aura davantage des informations intéressantes à me convier. Cependant, cette personne avait un rapport avec Mion... Alors, il fallait que je ne dépasse pas les bornes...

" Qu'est-ce que tu sais... De la purification du coton?... "

Shion sourit légèrement, réfléchit pendant un bref instant avant de me répondre...

" Je ne pourrais pas te donner des réponses raffinées avec des détails sur la purification du coton... Ah peut être si! La purification du coton est une fête se déroulant au sanctuaire, c'est-à-dire, juste devant le temple, tous les ans. Il y a beaucoup de stands de jeux, de nourriture, enfin, tout ce que l'on peut trouver dans une fête! Il y a même une cérémonie, où la prêtresse ouvre les sacs de cotons avec un râteau, en distribuant à tout le monde présents pour qu'ils les laissent partir dans la rivière. On dit même que le bout de coton emporte avec lui tout tes soucis! "

C'était bien beau de me réexpliquer ce que m'avait dit Rena... J'en savais déjà asez sur le côté " normal " de la purification du coton... Cependant, je ne pouvais lui en demander plus... Ou peut-être, un peu...

" Et... C'est tout?... Il n'y aura pas quelque chose d'autre ce jour? Enfin... Quelque chose qui revient tous les ans... Heu... Quelque chose de pas très net! "

Shion semblait prendre cela comme un plaisir...

" Ahaha, tu essayerais de tester mes connaissances en la matières, n'est-ce pas? "

Encore une question détournée... Décidément cette fille me surprendra toujours... Ne pouvant laisser mes hypothèses dans le vide, elle finit alors par dire quelque chose.

" ... Mais... D'où est-ce que tu as entendu parler de tout ça? "

Mon questionnement s'était retourné contre moi... Malheureusement, je n'étais pas assez doué pour détourner les questions, comme le faisait si facilement Shion...

" Je... J'en ai juste entendu parler, c'est tout! "

Je ne pouvais bien sûr lui dévoiler ma rencontre avec Oishi, ça serait un trop gros morceau de perdu. Mais apparament, Shion ne s'y intéressant pas plus que ça.

" Ah, vraiment? "

Soudain, elle se dirigea vers la porte d'entrée à moitiée ouverte du temple... Au début, je croyais qu'elle voulait partir... Mais, je m'étais trompé. Elle pris la porte àà deux mains, puis tira alors pour que celle-ci s'ouvre complètement, afin que la lumière pénètre dans la pièce et éclaire toute la salle...

Et puis, je me retournai, pouvant enfin voir le visage de la statue... Shion suivit mon regard, puis s'approcha près de moi...

" Tu vois, cette statue... C'est la statue de la déesse Yashiro, la déesse honorée par les habitants de Hinamizawa. "

Cette grande statue était en bronze, l'intérieur creux... Le visage de la statue était visible grâce à la lumière. Un visage sévère, regardant au loin...

Je contemplai cette statue pendant un long moment, complètement perdu dans mes pensées... Mais pourquoi est-ce que les habitants de Hinamizawa honoreraient-ils une déesse qui, selon eux, leurs apporterait du malheur? Etait-ce le sentiment de la peur? Le sentiment de réconfort de pouvoir y croire? Mais qu'est-ce qui n'allait pas avec la purification du coton? Pourquoi est-ce que des habitants de Hinamizawa disparaissent ainsi? Etait-ce tout simplement du suicide? Pourquoi est-ce que les personnes disparaissent? Toutes sorte de questions se bousculaient dans ma tête...

Ne pouvant trouver autre chose, je me dirigeais vers la sortie, ayant l'impression d'avoir oublié quelque chose... Je refermai la lourde porte du temple... Je ne pouvais pas en savoir plus de tout ça, dans cet espace refermé...

Je descendis alors les escaliers, un par un, en repenssant à une quelconque possibilité. C'est alors que je m'étais rappelé de quelque chose... Mais où était donc passé Shion? Je remontai alors devant le temple, vide, sans aucune personne présentes... Je regardais toujours aux alentours: Rien... J'ouvris la porte du temple pour y jetter un oeil... Toujours rien... Serait-elle partie alors que je réfléchissais?...

Je quittai alors le temple, me dirigeant vers ma baraque... C'est alors que je passai devant le chantier.

Le chantier était toujours aussi désert. Mais, au beau milieu d'un tas d'ordures, je vis une jeune fille, portant un chapeau et un manteau blanc, regardant précisément l'endroit où elle posait les pieds... C'était Rena. Je m'approchais de celle-ci, sûrement en train de se dégoter un trésor, en repensant aux mystérieuses révélations qui s'offraient à moi...
Invité


MessageSujet: Re: Hinamizawa, le village maudit... [PV.: Rena Ryûgu]   Mar 29 Mai - 20:57
Je descendais lentement les marches de l'escalier du temple en souriant, tout en pensant aux petits trésors qui pouvaient être à présent à l'ancien barrage, j'irais faire une chasse aux trésors demain. Je suis sûre que de nombreuses choses mignonnes pouvaient s'y cacher de temps en temps, je ne fouillais peut-être pas assez. Je sentais les doux rayons du soleil me taper doucement dans les yeux, le ciel prenait une jolie couleur au fur et à mesure, laissant le soleil disparaître peu à peu.

J'avais fini de descendre les marches de l'escalier et tout en manquant de trébucher sur une pierre, je tenais ma boîte à bentô maintenant vide. Je fis un petit bruit puis me mit à sourire, assez gênée si une personne m'avait entendue. Je pris le chemin qui menait vers ma maison tandis que les cigales faisaient un bruit assourdissant, presque agaçant. Je lâchais un petit soupir quand j'entendis une voix m'interpeller:


« Rena! Rena! »

Je ne pus m'empêcher de me retourner, ayant vu apparaître un visage qui ne m'était pas du tout inconnu. Il m'était même très familier. Je souris légèrement, ses petits yeux roses bien particulier et cette cheveulure presque épaisse me fit sourire. Je regardais la petite personne courir vers moi et une fois qu'elle fut arrêter, je dis:

« Un problème, Satoko ? »

« Etto... Oui. »

« Qui a-t-il ? »

« J.. J'ai perdu quelque chose au temple... Et Rika est trop occupée pour m'aider... Tu voudrais bien aller m'aider à aller chercher mon objet ? Avec tout ses passants, je ne pourrais jamais le trouver seule. » Me dit-elle, avec une mine comme si j'allais refuser d'avance

« Bien sûr, ne t'inquiète pas. On se voit en début d'après-midi, Satoko-chan ? »

« Ok! dit-elle en tendant son pouce vers moi A demain et merci! »

Elle repartie aussi vite qu'elle fut venue. Je souris légèrement et repris ma route. J'arrivais rapidement à la maison. Je pris les clefs, les inserra dans la serrure, les tourna et entra rapidement dans la maison, puis je pris les clefs et referma la porte, pour enfin poser les clefs sur le meuble sur le meuble près de la porte d'entrée, quand j'entendis:

« Rena ? C'est toi ? »

« Tu veux que ce soit qui honnêtement ?! »

J'avais froncer les sourcils méchamment à cette question complètement idiote, elle voulait que ce soit qui ?! Calme toi, Rena, c'est bon. J'entrais rapidement dans la cuisine pour me mettre à préparer le repas, tandis que ma mère semblait occuper dans des papiers, enfin, je ne sais pas vraiment. J'avais rapidement fini le plat que je partis installer, puis, ma mère me dit:

« Mange sans moi. »

Sûr que j'allais l'attendre. Je me mis à manger rapidement avec mes baguettes mon plat, marmonnant un:

« Itadakimasu. »

Ce mot était en retard, bien sûr, mais j'haussais les épaules sans trop savoir pourquoi et sans y avoir grandement fait attention, j'avais fini mon plat avant même de le savoir. Je baissais les yeux et pris mon plat pour aller le déposer et faire la vaisselle tout en pensant à l'objet de Satoko, qu'avait-elle put perdre ? Je soupirais un petit instant et rangea mes couverts. Je montais dans ma chambre me changer puis je refermais la fenêtre puis partis me coucher, finissant par fermer les yeux, épuiser de la journée.


- Elle est proche, elle est là sans qu'on le sache. -



Le réveil sonna sans que je m'en rende compte: J'avais oublié de l'éteindre mais ceci n'avait pas d'importance. Je fermais les yeux un petit instant, me les frotta puis me leva, ma mère n'était pas lever, pas du tout même. Elle était endormie sur la table, dans le salon. Je pris mes affaires et décida d'aller à la douche en guettant l'heure. Je marchais discrètement vers la salle de bain, puis ferma la porte. Je pris alors une des douches habituelles que je pouvais prendre. L'eau coulait sur mon corps et moi je pensais encore à l'objet de Satoko: Elle ne pretait pas tant d'importance à son matériel, cet objet doit être important à ses yeux. Je fermais doucement les yeux pour éviter de me prendre quelques gouttes dans les yeux, puis les réouvrit, ayant fini ma douche. J'éteignis alors l'eau et sortis de la douche, m'enveloppant dans une serviette et souffla un petit instant. Je me séchais rapidement pour ensuite m'habiller, puis je me coiffa rapidement et enfila mon chapeau qui était assorti à ma tenue. Je montais alors dans ma chambre chercher ma hache, coincé dans un morceau de bois, quelque chose dans le genre, particulièrement solide. Je mis la hache par-dessus mon épaule en laissant un appuie dessus, puis je descendis les escaliers, enfila mes chaussures et sortis rapidement de la maison sans un bruit en prenant soin de fermer la porte, puis je partis vers le barrage. Je croisais plusieurs habitants d'Hinamizawa, auquel je n'arrêtais pas de dire bonjour, juste un m'adressa la parole tel une discussion:

« Bonjour, Ryûgu-san. »

« Ah, Ohayô. »

« Vous allez bien ? Vous m'êtes bien matinale, Ryûgu-san. »

« Je pars faire une chasse aux trésors à l'ancien barrage. »

« Une chasse aux trésors ? Dit-il en faisant échapper un petit rire Et bien, je vous souhaite bon courage, Ryûgu-san. Au revoir. »

« Au revoir. »

Je souris, puis continua ma route en direction de l'ancien barrage en essayant de ne pas oublier ce que j'avais dis à Satoko. Je devais la voir cet après-midi. J'étais arrivé à l'ancien barrage un peu plus tard, le chant des cigales me semblaient bien silencieux. Je souris légèrement et me mit à grimper une colline d'ordures pour voir les trésors qui venaient d'arriver, sauf que j'avais déraper et j'avais presque rouler sur les ordures. Je fronçais les sourcils et me releva, essuya ma robe pleine de poussières, je saignais légèrement sur le coin du mollet, je soupirais légèrement puis baissa la tête. Je sortis un mouchoir de ma poche et essuya légèrement les traces de sang qui trainaient sur mon mollet, puis je me mis à regarder les trésors qui trainaient. Je vis une chose qui m'intéressait beaucoup: une petite figurine représentant une enfant toute mignonne, empilée sous de nombreuses poutres, on distinguait à peine son visage, mais elle semblait dans un bon état. Je soulevais alors la hache et tapa sur les nombreuses poutres qui faisaient un bruit fracassant en retapant sur le sol. Je répétais cette opération plusieurs fois, sentant encore le sang coulant sur mon mollet. Je me mis à le réessuyer puis j'abandonnais un peu ma hache pour tenter de trouver un petit paquet de scotch ou des bandages. Je ne trouvais qu'un petit paquet de bandage, presque vide mais il en restait encore, le propriétaire avait pris soin de le remettre dans son emballage. Je pris le paquet, il était presque intact, mais j'allais me contenter de sa pour le moment, je me soignerais à la maison. Je libérais doucement le bandage de la boîte et pris doucement la hache, remonta la pente d'ordures et la redescendis, puis la reposa par terre, la ou il n'y avait pas d'ordures. Je pris la hache et tapa dessus pour faire de petits bouts, n'ayant pas de couteau sur soi. Je pris le mouchoir du côté propre, le mis le long de ma plaie et mis mes bouts de bandages sur les côtés pour maintenir correctement le bandage, puis je remis le bandage dans son embellage et le posa sur un coin sans ordures, puis je remontis la pile d'ordures et redescendis pour revoir ma petite figurine. Je tapais encore et encore avec la hache, passant de temps en temps un coup sur mon front avec ma main, regarda les poutres voler en éclat et retomber plus loin sur le sol avec un bruit fracassant.
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse
avatar
Čσмвιєи ∂є мєѕѕαgєѕ? : 3648
Čσмвιєи ∂'αииєєѕ αѕ-тυ νє¢υ? : 18
Ỗυ єѕ-тυ α¢тυєℓℓємєит? : A Réveil

MessageSujet: Dokii...   Mar 29 Mai - 21:33
Je m'approchai alors tout doucement de la jeune fille, qui ne sembla pas me remarquer. Je la voyais massacrer un tas de planches en fer avec sa hache. Si jamais cette scène s'était malheureusement reproduite un soir, sous la pleine lune et le ciel aussi noir qu'un gouffre, lorsqu'aucune étoiles pouvaient apparaître, certains seront sans doute morts de peur.

Je me suis arrêté derrière elle. Toujours en train de casser ses planches de fer, des portes de frigo, des toits de voitures, des grosses planches en acier, celle-ci ignorait complètement ma présence... C'est vrai que, vêtue de cet accoutrement, ce long manteau blanc, munit de son chapeau, une hache à la main, elle faisait peur à voir. Mais Rena était Rena, et rien d'autre. Je mis soudainement ma main sur son épaule. Ce geste l'avait apparament très surprise. Elle se retourna enfin, ne me remarquant, arrêtant soudainement ses gestes.

" Yo, Rena! Encore plongée dans ta chasse aux trésors? Qu'est-ce que tu peux trouver dans un endroit pareil... Vraiment! "

Je voulais faire semblant de me fâcher, en me demandant ce qu'elle faisait toujours ici, mais apparament, mon expression a semblé la mettre légèrement en rogne. Rena était à nouveau rouge comme une pomme, comme si j'avais tapé dans là où ça faisait mal.

Elle était accroupie sur un tas de bouts de planches, la hache à la main, souriant un peu comme si elle ne savait plus quoi répondre. Je restais sur place, ne pouvant bouger d'un pouce tellement je l'avais trouvé... " Moé "?

Je lui tendis une main, espérant que celle-ci pourrait se relever avec mon aide... Le chant des cigales semblait s'assoupir, mais fut enchaîné par plusieurs bruits divers de grillons, ou autres insectes quelconques... " Tsukitsuki hoshiiii* "... Le son se faisait de plus en plus dense, et nous plongeait dans un calme sans fin...

* l'interprétation du chant des cigales en japonais
Invité


MessageSujet: Re: Hinamizawa, le village maudit... [PV.: Rena Ryûgu]   Mar 29 Mai - 21:36
Les planches et les poutres volaient à une vitesse incroyable en éclat et j'étais d'ailleurs épuisée. Je me laissais tomber assise sur le sol en soufflant un bon coup, la hache plantée dans le sol. J'avais senti une présence, mais ceci devait être mon hallucination, mais je n'y prêtais pas attention. Sauf que je sentis une main sur mon épaue, donc je me mis à sursauter et retourna brusquement la tête, lâchant ma hache sur le coup. Il m'adressa la parole et me demanda en quelque sorte ce que je pouvais trouver de si intéressant la dedans.

« Il y a pleins de choses mignonnes ici! »

J'étais légèrement vêxée mais mon expression ne semblait ne pas m'avoir trahis cette fois, enfin, peut-être un peu en fait. Je souriais un peu puis après l'avoir remarquée, je repris ma hache quand je vis une main se tendre devant moi. Je fermais doucement les yeux puis les réouvris, écoutant le chant des cigales mélangés à plusieurs autres insectes. Je souris une nouvelle fois, puis pris la main de Keiichi pour me relever, décollant légèrement ma hache du sol.

« Ouille! »

Pas discret le fait que je m'étais fais mal avec ma hache, j'espèrais tant bien que mal qu'il n'ait rien entendu, mais à voir l'expression de son visage, j'avais bien évidemment tort. Mon sourire se dissipa rapidement et je regardais la petite figurine si semblait de plus en plus proche de ma vue. Je regardais ma hache: encore quelques planches et un meuble qui n'était même pas déboîter. J'haussais légèrement les épaules et jetta un oeil à mon mollet, puis détourna le regard sur ma hache.
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse
avatar
Čσмвιєи ∂є мєѕѕαgєѕ? : 3648
Čσмвιєи ∂'αииєєѕ αѕ-тυ νє¢υ? : 18
Ỗυ єѕ-тυ α¢тυєℓℓємєит? : A Réveil

MessageSujet: Enfin...   Mer 30 Mai - 11:19
" Haha, sacré Rena, pouvant se blesser dans des situation pareilles! " disais-je en simulant.

Je sortis un mouchoir légèrement froisé de ma poche puis essuyai la blessure. Celle-ci ne semblait pas saigner abondamment. Je m'accroupis, comme pour être à la même hauteur que Rena, identifiant sa blessure de plus près. Rena semblait gênée à cause de mes gestes, puis recula comme si de rien n'était.

Je me levais alors en souriant. Soudain, le bruit assourdissant d'un moteur prit mon attention. Je me retournai, puis vit une sorte de camion blanc dont le toit était chargé en bicyclette, sûrement par manque de place. Ce camion me fit alors penser à l'inspecteur Oishi et ses sujets quelques peut affirmatifs... Je restais sur place, à regarder le camion, en repensant à tout cela, lorsqu"un petit bruit derrière mon dos me réveilla. C'était Rena. Se levant, la hache à la main, puis regarda à son tour le camion blanc, le sourire ornant son visage disparut alors peu-à-peu.

La jeune fille baissa alors la tête, les cheveux volant dans le vent... Cette position ne m'émerveillait guère, et j'essayais par mille peines de trouver quelque chose à dire... Mais c'est alors que les choses prirent une tournure quelques peu différentes de ce que j'avais imaginé...
Invité


MessageSujet: Re: Hinamizawa, le village maudit... [PV.: Rena Ryûgu]   Mer 30 Mai - 14:39
Il me lança une parole qui m'avait en quelque sorte vexée, mais j'en riais quand même silencieusement. Il est vrai que ses paroles n'étaient pas fausses, alors je rigolais. C'est alors qu'il sortit un mouchoir de sa poche et essuie ma blessure, puis s'approcha comme pour l'identifier de plus près. Je reculais alors, mais il ne me semble pas que c'était pour cette raison: c'est plutôt ce genre de camion blanc qui m'avait étourdie. Il était tellement rare de voir des gens ici, appart un photographe quelque fois... enfin. Keiichi se leva alors et moi je pensais encore à mes paroles quand je m'étais arrêter devant la maison de Keiichi quand il dormait encore, le jour des corvées de ménage. C'était bien aujourd'hui que ses paroles prenaient réalitée ? Sûrement.

Après avoir repris mes esprits, j'attrapais ma hache qui avait fait un petit bruit quand je me suis levée par la suite, Keiichi s'était certainement retourné je pense. Je levais la tête vers le camion blanc, loin de la, Mii-chan m'avait parler d'un truc dans un genre un peu special... Enfin... « J'aurais du le tuer quand j'en avais le temps! » avait-elle dit, quelque chose dans un genre. Il me semble que mon sourire avait disparu, et lorsque je m'apprêtais à dire quelque chose, je baissais la tête soudainement en perdant totalement mes esprits. C'est comme quand j'avais vu la Déesse Yashiro venir me voir pour me punir d'être partie d'Hinamizawa. Je me mordais la lèvre un petit moment puis d'un coup je ne pensais plus mais je sentais un certain changement au niveau de mes yeux, c'était tellement sûr. Quoi que à présent, je ne me contrôlais plus... Et ce fut mes dernières pensées avant de voir que je ne pouvais bel et bien plus me contrôler.

J'avais par la suite levée la tête, un sourire mais assez différent sur mon visage, un sourire du genre méchant ou sadique, on aurait pu définir ce genre de sourire, ce qui était sûr: c'était loin d'être un sourire gentil. Je regardais à nouveau le camion puis détourna mon regard sur Keiichi pour enfin lui adresser la parole.


« Alors, Keii-chi... Tu me sembles perdu... Connaîtrais-tu quelque chose à propos de ce camion blanc ? »

Ma voix était elle pas très normale non plus. J'abaissais mon regard sur le sol puis à nouveau sur le camion.

« Tu sais, tu peux tout dire à Rena... »

Et je regardais à nouveau Keiichi, comme en attendant la vérité.
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse
avatar
Čσмвιєи ∂є мєѕѕαgєѕ? : 3648
Čσмвιєи ∂'αииєєѕ αѕ-тυ νє¢υ? : 18
Ỗυ єѕ-тυ α¢тυєℓℓємєит? : A Réveil

MessageSujet: Soudain...   Mer 30 Mai - 20:10
Mon sang s'était glacé dans mes veines... D'un ton légèrement enjoué, et presque monotone, Rena m'adressa alors la parole, après un long moment de silence.

A vrai dire, la situation me troubla tellement que je n'entendis pas ce qu'elle avait à me dire... Enfin... C'était différent... J'avais exactement entendu ses mots sortant l'un à l'autre, mais je ne pouvais plus assimiler des informations... Je n'étais pas en mesure de réfléchir... Comme paralysé sur place, je regardais " Rena ", montrant un sentiment plein d'effroi...

Cette personne présente devant moi... Elle ressemblait fort à Rena... Mais elle n'était pas Rena... C'était comme si sa personne présente avait changée du tout au tout... Excepté l'apparence qui s'offrait devant moi... Cette fille n'était pas Rena... Ces yeux montrant un regard glacé, comme si rien ne lui traversait l'esprit... Cette expression encore inconnue sur son visage, qu'aucun être humain ne pourra déchiffrer le moindre aspect de pureté... Et enfin... La cerise sur le gâteau... Cette hache qu'une fille normale ne se baladerait pas avec, prise entre les deux mains de Rena et positionné derrière son dos...

" T... Tu peux... répéter? "

Non... Je ne m'adressais pas à Rena, mais à la personne située exactement devant moi, à l'apparence de Rena... Celle-ci ne pouvait pas me tromper, car j'en était sûr, elle n'était pas Rena... Quoi que, je ne pouvais penser à autre chose que cela...

Oui, j'avais entendu ce qu'elle avait dit... Mais j'avais trop peur de comprendre vraiment le sens de sa phrase... Mais qui était-elle, bon sang? Que fait-elle ici, dans le corps de Rena?...

Soudain, elle lâcha la hache de sa main gauche pour la positionner à sa main droite... Cette fille s'avança comme si de rien n'était, devant moi... Je reculais, elle avançait... Est-ce, dans un rythme particulièrement rapide... Ses yeux dépourvus de tout sentiments me fixaient comme si ceux-ci pouvaient lire dans mes pensées... Son expression était neutre, mais on pouvait ressentir la peur, en voyant simplement ce visage...

Ce ne pouvait être qu'un cauchemar... Mais ça n'en était pas un... Je ne pouvais échapper mon regard de celui de Rena, ne pouvant la quitter des yeux... J'avais peur... Mais je ne pouvais montrer ma peur... Je devais la cacher... A tout prix! Je ne pouvais montrer ma faiblesse!

Rena s’avançait toujours, lentement... Je reculais de plus belle... Puis, ne pouvant continuer ainsi, je pris la parole...

" Qu... Qu'est-ce que tu me veux?! Ne t'approche pas de moi!! Dégage!! "

Je tentais de cacher ma peur, mais cette fille n'en s'occupait du moins au monde... Elle s'avançait toujours, ignorant mon expression... Et, malgré mes paroles, je continuais à reculer... A reculer... Jusqu'à ce que je fus pris dans un cul-de-sac... Derrière moi, l'un des coins morts de l'ancien chantier... Si elle s'avançait encore, je ne pouvais m'imaginer ce qui allait se passer... Peut-être allait-elle me tuer?...

" Je t'ai dis de ne pas t'approcher de moi!!! DÉGAGE!! "

La peur se montrait de plus en plus jusqu'à mon visage... Mais elle n'en avait rien à faire... Je m'étais arrêté de reculer, pris par le coin mort du chantier... Mais elle avançait toujours, puis, arrivée à une distance proche de la mienne, s'arrêta elle aussi... Celle-ci commença alors à me reposer sa question...

" BOUGES-TOI!!! DÉGAGE JE T'AI DIS!!! "

J'avais peur... Très peur... J'essayais par dessus tout de la repousser... Mais elle répétait sa question comme si elle ignorait mes ordonnances...

" JE NE CONNAIS PAS CE CAMION!!! QU'EST-CE QUE T'EN A À FAIRE?? DÉGAGE!! T'APPROCHES PAS DE MOI!! "

Mes parole se répétaient sans cesse... C'est vrai... Je ne lui avait pas mentis... Je ne connaissais pas ce camion... Et puis soudain, je vis le regard de Rena se tourner vers le camion, au lieu de me fixer... Je retournais mon regard à mon tour... Je compris qu'un " sauveur " de la situation était arrivé... Quelqu'un était descendu du camion et s'avançait vers le chantier...
Invité


MessageSujet: Re: Hinamizawa, le village maudit... [PV.: Rena Ryûgu]   Mer 30 Mai - 20:42
J'avais repris mes esprits mais malgré le fait que je voulais faire sortir un tas de mots de ma bouche, je ne parvenais à rien. Il semblait perturbé, apeuré et je ne pouvais rien définir d'autres par apport à l'expression de Keiichi. En tout cas je revoyais encore la déesse Yashiro me punir, encore et encore pendant que ce corps qui avait pris possession du mien continuait le déroulement du "plan" qu'il avait du concevoir. Mais j'avais bel et bien réussie après de nombreux efforts à effacer les pensées de la déesse Yashiro pour me concentrer sur les événements qui se passaient, mais la déesse Yashiro revenait encore et encore hanter mes pensées.

Et, il demanda à la personne qui avait prise possession de mon corps, se faisant passer pour le mien, tandis que je tentais tant bien que mal de faire disparaître les pensées de la déesse Yashiro de mon esprit, de répéter ce qu'elle avait dit. Je dis alors, sans me contrôler une nouvelle fois:


« Connaîtrais-tu quelque chose à propos de ce camion blanc ? Tu sais, tu peux faire confiance à Rena... »

Puis, je décalais la hache de ma main gauche à ma main droite, sûrement pour une raison qui m'était inconnue, puis, je me mis à avancer inconsciemment. La personne regardait Keiichi, mais moi je voyais encore la déesse Yashiro. Je répétais encore et encore, sans le vouloir:

« Connaîtrais-tu quelque chose à propos de ce camion blanc ? Tu sais, tu peux faire confiance à Rena... »

Non, il ne devait rien dire, absolument rien dire. Il reculait, encore et encore, au même rythme que moi. L'expression faussement neutre qu'affichait mon visage devait sûrement faire peur, moi qui avait toujours un tas d'expression sur mon visage.

« Connaîtrais-tu quelque chose à propos de ce camion blanc ? Tu sais, tu peux faire confiance à Rena... »

Je sentais la peur m'envahir moi-même, et Keiichi voulant me faire partir tant bien que mal, la personne en moi s'en fichait radieusement. Les paroles s'accéléraient sans cesse, je ne pouvais même plus penser à présent.

« Connaîtrais-tu quelque chose à propos de ce camion blanc ? Tu sais, tu peux faire confiance à Rena... »

« Connaîtrais-tu quelque chose à propos de ce camion blanc ? Tu sais, tu peux faire confiance à Rena... »


Puis, Keiichi avait arrêter de reculer, je voulais bel et bien m'arrêter, mais je sentais que ma main serrait de plus en plus fort la hache, et les esprits de la déesse Yashiro m'avait bel et bien envahie. Quand la phrase se raccourcie:

« Tu sais, tu peux faire confiance à Rena... Tu sais, tu peux faire confiance à Rena... »

Puis, je sentais bel et bien que je m'étais arrêter et que ma tête s'était tournée vers le camion blanc. Mon regard se figea un instant: Je ne reconnaissais pas tellement un habitant d'Hinamizawa dans un tel camion, mais je sentais d'autres pensées m'envahir. Des pensées autre que les miennes prenaient le dessus:

« Lui ? ... Le chef m'a dit de m'en méfier... »

J'entendais ces pensées la... Quelqu'un venait de s'approcher du chantier, mais moi, je ne reconnaissais pas vraiment un habitant du village à travers ces pas silencieux...
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse
avatar
Čσмвιєи ∂є мєѕѕαgєѕ? : 3648
Čσмвιєи ∂'αииєєѕ αѕ-тυ νє¢υ? : 18
Ỗυ єѕ-тυ α¢тυєℓℓємєит? : A Réveil

MessageSujet: Re: Hinamizawa, le village maudit... [PV.: Rena Ryûgu]   Mer 30 Mai - 20:46
Mon coeur battait la chamade, pendant que le visage d Rena se détournait... C'était un homme d'une quarantaine, vêtu d'un jogging multi-poche ocre et d'un haut moulant beige/marron... Sans oublier son chapeau et son lourd appareil photo accroché autour du cou...

Rena le regardait du coin de l'oeil... Je devais désespérément trouver une solution pour me tirer de cette affaire... Et merde... Qu'est-ce que j'ai bien pus faire pour mériter ça?
La silhouette de l'homme s’agrandissait pendant que celui-ci s'approchait de nous, prenant quelques photos par-ci par-là sur son trajectoire...

Je ne pouvais faire aucun geste... Rena ne bougeait pas, comme clouée au sol... Et moi, toujours en train de chercher ne serait-ce qu'un petit quelque chose pour m'échapper de cette situation critique...

Non, je n'avais pas peur de Rena... J'avais peur de découvrir la vérité sur ce qui se passait exactement en elle... Cette pensée me revenait depuis le jour où Rena m'avait parlé de la purification du coton... Bien sûr, cette fille présente devant moi n'était pas Rena...

Lorsque l'homme s'est avancé à une certaine distance de nous, Rena recula d'un pas, se retourna d'un bref mouvement, puis partit en marche rapide vers la sortie du chantier, ne laissant derrière elle que des traces de pas imprimées dans la terre non recouverte de déchets nucléaires...

Le photographe s'arrêta net, à l'idée de l'avoir fait fuir... Ce qui pouvait être assez réaliste, vu la réaction de celle-ci... Elle prit alors la grande route, tourna dans un sentier sans même se retourner, puis disparut derrière les arbres... Enfin... Se laissa aller hors de notre champ de vision...

" Ah... Hum... Excuse-moi... C'est moi qui ait fait partir ton amie? "

Je regardais l'homme, rassuré, mais ne pouvant sortir aucun mot de la bouche... J'étais comme paralysé par la situation... J'avais les jambes en coton, puis tomba alors sur celles-ci, ne pouvant supporter le poids de mon corps entier... L'homme accourut vers moi...

" Ohé! Est-ce que vous allez bien? Apparemment non, vous voulez de l'aide?... "

Malgré sa précipitation, toute cette situation me laissait bouche bée... Je restais à ma place initiale, le regard dans le vague... Que s'était-il passé?...

" Ohé! Vous m'entendez?? "

La voix de cet homme inconnu résonnait dans ma tête... Mais je ne pouvais capter aucune information, comme si toute mon énergie était concentrée sur Rena... Enfin... Cette fille à l'apparence de Rena apparue soudainement devant moi...

L'homme me secoua, attendant une réponse de ma part... Soudain, mes esprits revinrent, puis, tremblant à peine, je répondis d'un air détaché...

" Ah... Heu... Oui, ça va aller, ne vous inquiétez pas!... "

" Vous me rassurez! " répondit l'homme en souriant...

Cependant, je devais savoir une chose... Pourquoi est-ce que Rena était partie comme ça à la vue de cet homme... Est-ce qu'elle le connaissais?... Et, sans me poser davantage de questions, je pris la parole...

" Qu... Qui êtes-vous?... "

" Ah... Moi? Vous pouvez m'appeler Tomitake... "

Je ne connaissais pas ce nom... Bientôt, rassuré de sa venue si soudaine, nous prîmes une conversation normale... Celui-ci n'était pas habitant à Hinamizawa, mais était venu pour prendre des photos... Il répondait à toutes les questions que je lui posais, comme ayant pitié de moi, lorsqu'il m'avait vu dans un état pareil... Je ne devais rater une occasion pareille...

" Dites... "

" Oui? Je vous écoute? "

" Vous... Vous avez déjà entendu parler de... "

" De? "

J'hésitais dans la formulation de mes phrases... Mais ça allait, j'avais quand même pu sortir le morceau...

" Vous avez déjà entendu parler de ces meurtres à Hinamizawa... N'est-ce pas?... "

Je me sentais presque coupable de poser cette question au premier venu... Mais je devais en savoir davantage, à ce moment même...

" Ah... C'était une sale affaire hein? Le bras n'a toujours pas été retrouvé?... "

Sa réponse me surprit... Il était au courant... Il ne fallait pas laisser échapper une si belle occasion... Une si belle occasion? Pour quoi? Pour savoir ce qui se trame à Hinamizawa, soulever tous ses secrets, découvrir une vérité sur Rena, et me faire liquider??? Non!!! Je ne pouvais attendre cette fin là!! Je devais agir, et en savoir plus!!!

" Vous voulez parler... Des meurtres de l'ancien chantier? Du chef du barrage... "

" Ah heu... Sûrement! "

Le chant des cigales diminuait comme pour écouter silencieusement notre discussion...
Invité


MessageSujet: Re: Hinamizawa, le village maudit... [PV.: Rena Ryûgu]   Mer 30 Mai - 20:59
"Le chef m'avait dit de m'en méfier", c'était sa qu'elle avait dit, non ? A peine eu-je le temps de me débarasser enfin des pensées de la déesse Yashiro que je m'étais retournée pour regarder cet homme. Enfin, la "chose" en moi c'était retournée. Un appareil photo autour du cou, il me disait bien quelque chose. Ah, après réflexion, il me semble l'avoir vu quelque fois rôder dans les parages. Un photographe il me semble, je n'ai jamais vraiment eu l'occasion de lui adresser la parole. Il s'approchait de nous tout en prenant des photos: je ne m'étais peut-être pas trompé, c'est un photographe.

Puis la personne en moi recula d'un pas et parta rapidement vers la sortie du barrage tandis que je me sentais de mieux en mieux. Tomitake... Il s'appelait comme sa ? Tomitake... Puis quand la personne s'était assurée d'avoir disparue de notre champ de vision, j'entendais:


« Le chef m'avait bien prévenue d'y faire attention... Tant pis... »

Puis je sentais que la plupart de mes émotions négatives qui étaient apparues depuis que je n'étais plus normale disparaissait, je tentais de dire:

« J..Je... Quoi... J'arrive à... à me contrôler .. ? »

A vrai dire, j'étais morte de peur, puis je me mis à courir vers ma maison à l'idée de me changer, me soigner et d'aller rejoindre Satoko au temple, comme je l'avais promis. En tout cas, cette affaire me semblait étrange. La déesse Yashiro était revenue et je ne pouvais pas me contrôler... Sans trop m'y attendre, j'étais devant ma maison et sans grande surprise: la porte était ouverte. Ma mère peut parfois oublier de la fermer ? Nan mais je vous jure.

J'étais donc entrer dans la maison sans problème quand j'entendis:


« Rena ? Tu n'as pas utilisée de clé pour entrer ? »

« Bah non, t'avais oublier de fermer la porte. »


Je soupirais un instant et ferma la porte, puis posa la clé sur le meuble le plus proche et monta dans ma chambre. J'entendis de nouveau:

« Rena ? Qu'as-tu fais avec ta hache ? »

Je ne dis rien et les cris de ma mère se répétait sans cesse. J'avais changé de tenue pour mon uniforme banal que je portais assez souvent. Après avoir déposé ma hache dans un coin de ma chambre, j'étais descendue dans la salle de bain me recoiffer rapidement puis je descendais les escaliers silencieusement pour éviter la question incessante de ma mère. J'avais couru vers la porte puis l'ouvrit, quand je dis:

« N'oublie pas de fermer la porte cette fois!

« Rena! Viens ici! Que faisais-tu avec l.. »


J'étais rapidement sortie en claquant la porte et couru vers le temple aussi vite que je le pouvais. Mes cheveux se balançaient au rythme irrégulier de mes pas quand je m'étais arrêter. Après m'être retournée, je dis:

« Personne... Elle ne m'a pas suivie... »

Je soupirais de soulagement et me mit à marcher en chantant à voix basse, même si je me demandais bien ce que pouvait être l'objet que Satoko avait perdu. Je saluais la plupart des habitants du village quand quelque chose attira mon attention: J'avais bien reconnue une habitante du village, mais... La personne avec elle m'était inconnue.

« C'est terrible! »

« Oui, c'est vrai. Tout les ans, après cette cérémonie, sa se déroule comme sa. »


Quand l'habitante du village se retourna, elle sourit à ma vue et dit:

« Ryûgu-san! Bonjour! Joignez-vous à nous si vous le souhaitez! »

J'hochais la tête doucement et m'avança alors vers les deux femmes qui parlaient encore. Leur discussion portait sur le village quand l'habitante me dit:

« Vous ne vous baladez pas souvent par ici, Ryûgu-san. »

« Ryûgu-san... ? »

« Ah, excuse-moi! Je te présente Ryûgu Rena, une habitante du village. »

« Ravie de te connaître dans ce cas. Tu peux m'appeller Amo si tu le souhaites. »

« Amo... ? D'accord. Je suis aussi ravie de vous connaître. »


Je souris à ces paroles et regarda alors l'habitante du village qui me dit:

« Il y a un problème pour que vous vous baladiez par ici, Ryûgu-san ? »

« Ah, je vais aider Satoko-chan au temple. Elle a perdue quelque chose. »

« Hum... Satoko... Satoko... Satoko Houjou ? »

« C'est exact. »


Je souris à nouveau puis regarda l'habitante du village quand je m'aperçus de l'heure.

« Aaah! Sumimasen! Je dois y aller, je...je suis en retard! Au revoir! »

« A plus tard, Ryûgu-san. Je vous souhaite bonne chance. »

« Au revoir, Ryûgu-san! »


Je me mis à courir vers le temple qui n'était pas bien loin, puis courut pour monter tout les escaliers. J'espèrais tant bien que mal que Satoko n'était pas ici mais quand j'eus terminer de monter tous ces escaliers, la petite blonde aux yeux roses qui m'attendait n'avait pas l'air contente.

« J'ai cru que tu n'allais jamais arriver! » Dit-elle, mécontente

« Excuse-moi, Satoko-chan! »

« Bon, sa va... »

« Que cherches-tu, Satoko-chan ? »

« Ah, ceci. »


Elle sortit alors une photo et m'indiqua l'objet en question. Un bracelet de couleur jaune et rose que je n'avais jamais vu auparavant. Il était vraiment très joli et je levais la tête vers Satoko et dis:

« C'est à toi, Satoko-chan ? »

Elle hocha la tête en signe de oui pour réponse. Elle avait changer d'expression, elle souriait et répendait la joie autour d'elle à présent. Puis l'on se mit à chercher ce petit bracelet que je trouvais encore tout à fait mignon.
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse
avatar
Čσмвιєи ∂є мєѕѕαgєѕ? : 3648
Čσмвιєи ∂'αииєєѕ αѕ-тυ νє¢υ? : 18
Ỗυ єѕ-тυ α¢тυєℓℓємєит? : A Réveil

MessageSujet: Re: Hinamizawa, le village maudit... [PV.: Rena Ryûgu]   Mer 30 Mai - 23:21
" Qu... "

J'hésitais à entamer le sujet tabou... Mais il le fallait, car moi-même, je ne sus où est-ce que j'en étais... Savoir tout ce tralala... Étais-ce vraiment utile? Ne suis-je pas en train de me mettre en danger? Tout en cherchant une cible du regard, je sortis alors ma question du plus discret possible...

" Que savez-vous... A propos de ces meurtres?..."

Qu'attendait-il de moi? Que je lui pose cette question auquel il ne trouvera les mots pour décrire cette scène de torture?... Je me tus alors, espérant avoir une réponse... Le silence nous enveloppa à nouveau... Je tremblais de tous mes membres...

" Hum... En fait... Pour être franc, pas beaucoup de choses! Comme je n'habites pas ici, je ne sais pas trop ce qu'il s'y passe... Ah au fait, si tu es intéressé par ces sujets tabous, je te conseille de lire les vieux journaux. C'est de là dedans que j'ai pu en tirer quelque chose, au moins assez pour comprendre la situation... Il y en a toujours des tas et des tas qui traînent dans le vieux chantier mais... Oh!... Tant que j'y suis... Il n'y a pas de journaux dans ce chantier! "

" Hein? De quoi parlez-vous?... Vous voyez bien qu'il n'y a pas une seule trace de papier mâché ici... " répondis-je tout en essayant de prendre un ton de voix normal.

" Je me demande aussi ce qu'il s'y passe... Cet endroit est toujours remplit de ces vieux journaux... Je ne vois vraiment pas, qui est-ce qui pourra venir ici, fouiner dans les parages, pour emporter tous les journaux! "

Son exclamation reprit mon attention... Mais de quoi est-ce qu'il s'imagine? Est-ce qu'il est sérieux? Qui peut bien venir fouiner dans un endroit pareil en pl...

Soudain, une idée brève m'était venue à l'esprit... Une personne capable de venir ici tous les jours pour fouiner, il y en avait qu'une seule... Et vous avez sûrement deviné de qui je cause... Cette étrange jeune fille, venant tout juste de... Je ne saurais même pas comment décrire ce phénomène...

Mais... S'il y avait vraiment des tas et des tas de journaux ici... Alors ça voulais bien dire que Rena les avais emportés... Pourquoi faire?... Avait-elle une raison particulière ou voulait-elle cacher quelque chose à l'imbécile qui lui tient souvent compagnie lors de ses chasses aux trésors, c'est-à-dire... Moi...

" Si cela ne vous vexe pas, il faut que j'y aille, il se fait tard! "

Je salua d'une main ce Tomitake, comme si l'on s'était connu depuis toujours... Celui-ci prit la direction de son camion, le mettant en marche, puis partit vers la direction de la ville voisine...

J'étais seul... Le chant des cigales avait cessé... Je me décidai alors de rentrer chez moi...

Je pris la route habituelle qui séparait le chantier de ma maison, lorsqu'une personne sur le chemin reprit mon attention... Cette personne en question, avait semblé m'avoir remarqué depuis longtemps...

" Bonsoir, Keiichi! "

C'était Shion... Après s'être volatilisée à la suite de la visite au temple, elle se permettait donc de venir me saluer comme si de rien n'était... Mais trop de choses étranges se sont passées aujourd'hui, et je n'avais plus le moral de faire tourner ma cervelle...

" Ah... Shion... "

Sans le moindre intérêt, je passai devant elle comme si de rien n'était. Après tout, elle est comme Mion, je ne gagnerai jamais contre elle lorsqu'il s'agit de questionnement!

" Tient? Tu n'es pas d'humeur? " disait-elle en s'approchant de moi. " Il s'est passé pas mal de chose après ta visite au temple non? "

Surtout que ce n'était pas ses affaires... Moi, qui allait peut être me faire trucider par cette fille à l'apparence de Rena venue me menacer, à n'importe quel moment, cette fille était quand même en train de me questionner sur ces faits que je ne voulais plus entendre... Je ne répondis point. Marchant toujours vers chez moi en l'ignorant, je remarquai qu'elle était en train de me suivre d'un pas indiscret...

" Je m'excuse si je suis partie aussi vite ce matin! J'espère que tu ne prends pas ça au sérieux! "

Bah après tout... Shion était une fille comme les autres, n'ayant aucun rapport avec ce qui s'est passé aujourd'hui... Je n'avais pas le droit de la laisser monologuer toute seule comme ça... Le pire dans tout ça, c'est qu'elle risquais de comprendre le sens de mon désespoir si je me montrais tellement distant...

" Ah, ce n'est rien... "

Nous avons alors continué à marcher tout en discutant tranquillement... Ma tristesse m'était passée, et je pu enfin revenir dans la réalité... Cette fausse réalité qui ne sert qu'à cacher la véritable réalité suspecte et mystérieuse...

Invité


MessageSujet: Re: Hinamizawa, le village maudit... [PV.: Rena Ryûgu]   Jeu 31 Mai - 11:12
Un sourire affiché sur le visage, je continuais de chercher le bracelet de Satoko tandis qu'elle cherchait elle aussi de son côté. Lorsque enfin je vis une petite lueur s'afficher dans un endroit, sans doute le bracelet de Satoko. Je pris alors l'objet et le regarda: cela brillait, mais ce n'était qu'une perle. Je lâchais un profond soupir et rangea la perle, puis me remit à chercher et je mis un instant avant de lever la tête vers Satoko, remuer mes bras et lui dire:

« Satoko-chan! Satoko-chan! Je l'ai! Je l'ai! »

Elle courra vers moi puis avant de tomber, se rattrapa à mon épaule et bascula en avant. Je mis un de mes bras devant elle, ce qui fit qu'elle tomba en plein sur mon bras, je partis alors sur la gauche pour me retrouver par terre, Satoko sur l'un de mes bras. Ce n'était décidément pas mon jour!

« Satoko-chan! Tu vas bien ?! »

« C'est plutôt moi qui devrait te demander sa, Rena! »


Satoko se releva, puis m'aida à me relever. Elle guetta le sol et aperçut enfin le bracelet, que j'avais trouvée il y a quelques instants. Elle le ramassa alors et se tourna vers moi tout en rangeant le bracelet, comme si je ne devais en aucun cas l'aperçevoir.

« Je suis censée faire quoi pour te remercier ? »

« Oh, et bien... Viens manger à la maison, ce soir ou demain ! »

« Mmmh... De la cuisine de Rena ? Sa me convient totalement. Dans ce cas, à plus tard et merci encore! »

« Oui, rentre bien, Satoko-chan! »


Je souris alors et salua Satoko comme je le pouvais puis descendis les marches du temple une à une, puis pris le chemin vers la maison de Mion, tout en chantonnant un petit air en souriant. Je recroisais alors l'habitante du village, sans cette "Amo" cette fois-ci.

« Alors, Ryûgu-san. Houjou-san a retrouvée son objet ? »

« Ah, oui, elle l'a retrouvée. »

« Tant mieux! »

« Au fait... »


Je baissais la tête, tandis qu'un léger courant d'air passait. Elle me regarda puis ouvra la bouche, d'un air hésitant, puis dis:

« Hai ... ? »

« Qui c'était.... "Amo" ? »

« Ah, c'est une vieille amie. Amotaki Sutsukie, comme je l'appellais. »

« ... Venir à Hinamizawa en la période de la Purification du Coton n'est-il pas dangereux pour elle ? »

« Pour Amotaki ? Si elle part avant, je suppose que sa ira. Enfin, elle est décidée à rester pour la Purification. Elle n'a peur de rien. »


Je voulais dire quelque chose quand elle me coupa brusquement:

« Bon et bien, je dois y aller, Ryûgu-san! Au revoir et... et bonne fin de journée! »

Elle partit d'un pas pressé, voir même en courant. Je ne dis rien, puis avança de nouveau vers la maison de Mion tout en regardant du coin de l'oeil mes mèches de cheveux qui se balançait parfois à cause des petits coups de vent qui passait de temps à autres. Je fermais les yeux doucement tout en avançant, puis me bouscula à quelqu'un. Je basculais en arrière et tomba alors, en fermant les yeux et fronçant les sourcils, comme pour me protéger si je me blessais, les bras collés contre la poitrine.
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Hinamizawa, le village maudit... [PV.: Rena Ryûgu]   
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum